Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les poussières de bauxite inquiètent les parents d’élèves de Bouc-Bel-Air

mardi 21 novembre 2017 à 18:48 Par Nina Valette, France Bleu Provence

Depuis 2016, les résidus de bauxite de l’entreprise Altéo inquiètent les habitants de Bouc-Bel-Air (Bouches-du-Rhône). Selon eux, le site stocke des centaines de milliers de tonnes de déchets qu'ils jugent "toxiques" et qui se propagent au vent.

Les poussières de boues rouges inquietent les habitants de Bouc Bel Air
Les poussières de boues rouges inquietent les habitants de Bouc Bel Air © Maxppp - MERCIER Serge

Bouc-Bel-Air, France

« On est inquiet par rapport aux boues rouges qui sont stockées à quelques kilomètres de là » lance Christophe Camus Président de l’association Indépendantes des Parents d’Elèves des Chabauds (AIPEC) des écoles primaires et maternelle Virginie Dedieu à Bouc Bel Air, en désignant les résidus de bauxite stockés en plein air à Gardanne par l'entreprise Altéo.

Selon les parents d'élèves, ces résidus sont "toxiques", et sont passé de 700.000 à 1,3 millions de tonnes entre 2014 et 2016. Une augmentation due à l'interdiction de l'usine Altéo de déverser ses boues rouges dans les Calanques, comme elle le faisait jusqu'en 2015. C’est la raison qui a poussé les parents d'élèves des cinq écoles à écrire au maire, Richard Mallié, et à son adjoint en charge des affaires scolaire.

La mairie s’est empressée de contacter la direction de la Cuisine Centrale de la ville. Une entreprise qui cuisine 2 000 repas chaque jour, et plus de 1000 d’entre eux sont réservés aux enfants de Bouc Bel Air. « Je confirme que nous n’avons reçu ni fruit, ni légume provenant de producteurs de Gardanne ou environ proche » rassure le directeur du site Thierry Bergot. Au milieu de ces pommes, carottes et autres produits de la région, le directeur regarde chaque carton. Des productions qui proviennent du Vaucluse ou même des Alpes Maritimes.

Selon Thierry Bergot, ce n’est pas un hasard si les fournisseurs ne travaillent pas avec des producteurs de Gardanne ou Bouc Bel Air « Ils ont un cahier des charges strict, ils doivent faire attention à la provenance des produits ».

Du côté de l’association Bouc Bel Air Environnement, le soulagement est de courte durée. Dorothée est une membre active du groupe. « Le problème des légumes est anecdotique. Les enfants sont dans la terre toute la journée, ils mettent cette boues rouges dans la bouche tous les jours ! Il faut qu'Altéo réagisse. Des gens me téléphone parce que les pattes du chat sont rouges, ou que le chiffon qui sert à nettoyer les meubles est rouge lui aussi, ce n'est pas normal".

En réponse, l'entreprise affirme ne stocker que 300.000 tonnes de résidus de bauxite par an. Par ailleurs, Altéo maintient, en convoquant des études indépendantes, que ces résidus ne sont pas toxiques. Elle s'engage aussi, sur France Bleu Provence, à les asperger et à agir contre leur dispersion du fait du vent.