Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
CARTE - Canicule : Météo France maintient 15 départements en vigilance rouge et 54 en orange

Les Bourguignons, bons élèves du recyclage de médicaments

-
Par , France Bleu Bourgogne

Nous sommes de plus en plus nombreux à rapporter nos médicaments inutilisés ou périmés en pharmacie. En Bourgogne Franche-Comté, le taux de retour est supérieur à la moyenne nationale.

Dans la région, plus d'un habitant sur deux recycle ses médicaments
Dans la région, plus d'un habitant sur deux recycle ses médicaments © Radio France - Olivier Estran

C'est un bon réflexe et nous sommes de plus en plus nombreux à l'adopter. Le réseau Cyclamed qui récupère les médicaments inutilisés a fait ses comptes : la région Bourgogne Franche-Comté fait bien mieux que la moyenne nationale. Nous avons rapporté en moyenne 194 grammes de médicaments par habitants contre 159 grammes dans le reste de la France. 

Les pharmacies ont pour obligation de récupérer les boîtes inutilisées. En Bourgogne Franche-Comté, 962 officines adhérent au réseau Cyclamed.

"Le confinement a sans doute aidé les gens à faire du tri dans les placards. On récupère en ce moment un peu plus de médicaments que d'habitude, observe Julien Grandguillaume, préparateur à la pharmacie de La Liberté dans le centre ville de Dijon. On reprend tout ce qui est inutilisé : gouttes, cachets, potions. Les seringues ou les radios en revanche passent par des circuits spécialisés. Nous on peut stocker les boîtes non consommées. Parfois on a un sentiment de gâchis, car on peut récupérer des médicaments qui valent une soixantaine d'euros et qui n'ont pas été ouverts."

"Oui, ça m'arrive fréquemment de rapporter des médicaments, assure Joann, mon mari fait parfois de mauvaises réactions, alors les boîtes ne sont pas terminées. Et si on rapporte une boîte qui n'a jamais été ouverte, le pharmacien nous a bien expliqué qu'il n'a pas le droit de la remettre dans le commerce. C'est dommage, mais elle doit être détruite."

Des médicaments brûlés et  transformés en énergie

"En effet, tous les médicaments repris sont brûles, transformés en énergie dans des incinérateurs, comme celui de Dijon, précise Thierry Moreau Defarges, le président national du réseau Cyclamed. C'est la meilleure manière d’éliminer ce qui est devenu un déchet. Si on le met dans la poubelle classique, les médicaments risquent de se retrouver enfouis avec des ordures ménagères et de polluer la terre. On ne gagne pas d'argent avec ce recyclage, c'est une mission d’intérêt général." 

Que faire de ses vieux médicaments ? Demandez à votre pharmacien
Que faire de ses vieux médicaments ? Demandez à votre pharmacien © Radio France - Olivier Estran

"Par ailleurs, il n'est plus question de les envoyer dans des pays en voie de développement. On veut éviter les erreurs de distribution ou de prescription.  Après le tsunami qui a frappé l'Asie du Sud-Est, on a le souvenir de palettes de médicaments envoyés là-bas, mais finalement abandonnés. Les produits périmés peuvent être dangereux ou inefficaces. Tout le monde a le droit à des médicaments neufs."

Aujourd'hui, on estime que les pharmacies récupèrent, en France, 65 % des médicaments inutilisés qui dorment dans nos armoires. On peut encore faire un petit effort.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess