Infos

Les buralistes parisiens accusés de vendre des cigarettes aux mineurs

Par Samuel Aslanoff, France Bleu Paris Région et France Bleu vendredi 21 octobre 2016 à 1:21

Vente de cigarettes dans un bureau de tabac
Vente de cigarettes dans un bureau de tabac © Maxppp - .

Selon une étude menée par un célèbre pneumologue, 9 mineurs parisiens sur 10 qui fument disent acheter leurs cigarettes chez un buraliste. La vente des cigarettes aux mineurs est pourtant interdite depuis 2009.

"Où les jeunes fumeurs parisiens achètent-ils leurs cigarettes". C'est pour répondre à cette question simple que l"association "Paris Sans Tabacs" a lancé une vaste étude auprès des collégiens et lycéens de la capitale. Cette étude cosignée par le Pr Dautzenberg, pneumologue à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière et un représentant de l’association Paris Sans Tabac, a été menée auprès de 13.567 jeunes.

Et les résultats publiés dans la Revue des Maladies Respiratoires sont sans appel : près de neuf fois sur dix, les jeunes fumeurs disent acheter leurs cigarettes chez un buraliste, alors que la loi interdit la vente de cigarettes aux moins de 16 ans depuis 2003 et aux moins de 18 ans depuis 2009.

87 % des jeunes fumeurs disent acheter leurs cigarettes chez le buraliste

Parmi les fumeurs quotidiens mineurs, 87,4 % ont ainsi déclaré avoir acheté leur tabac chez le buraliste : 74,6% pour les moins de 15 ans (168 adolescents sur 225 fumeurs quotidiens, pour 7.025 interrogés), et 92% pour les 16-17 ans (577 adolescents sur 629 fumeurs quotidiens, pour 3.299 interrogés). Pour les signataires de l'étude, c'est une faille dans le dispositif anti-tabac car il est établi que "plus on commence à fumer jeune, plus le risque est élevé de devenir, à l’âge adulte, fortement dépendant au tabac ".

Les buralistes assurent que les jeunes ne disent pas la vérité et se fournissent plutôt sur internet

En mai 2015, le Pr Dautzenberg avait déjà communiqué sur la situation sans avoir préalablement publié de résultats dans une revue scientifique. La confédération des buralistes a intenté un procès au pneumologue, affirmant que les jeunes interrogés devaient en fait se fournir sur Internet, mais qu'ils assuraient le contraire auprès des enquêteurs afin de protéger cette filière d’approvisionnement. La justice doit statuer sur la plainte le 30 novembre 2016, 55.000 euros étant réclamés au Pr Dautzenberg.

Partager sur :