Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les CHU de Poitiers, Limoges et Bordeaux s'allient pour "mieux répondre aux besoins de santé"

Un partenariat "exceptionnel" selon l'Agence régionale de santé. Les CHU de Poitiers, Limoges et Bordeaux ont signé ce vendredi une convention pour créer un groupement de coopération sanitaire. Objectif : mutualiser les forces pour plus d'efficacité dans la recherche ou encore l'offre de soins.

Le CHU de Poitiers
Le CHU de Poitiers © Radio France - France Bleu Poitou

C'est une première en France à l'échelle d'une région comptant plusieurs CHU : trois d'entre eux, Poitiers, Limoges et Bordeaux, ont signé vendredi 26 mars à Poitiers une convention pour créer, ensemble, un groupement de coopération sanitaire (GCS).  Objectif : mutualiser les forces, les filières, l'enseignement universitaire. "Les trois CHU des trois anciennes régions qui se réunissent, c'est symbolique" remarque Yann Bubien, directeur général du CHU de Bordeaux, à l'origine de cette mutualisation. "On souhaite du gagnant-gagnant, être le plus coordonné possible sur l'ensemble du territoire pour offrir à tous les patients la même qualité de soins." Autre ambition : avoir des équipes de recherche importantes, pour peser au niveau national voire international.

Une collaboration, pour éviter une compétition

Avec cette mise en commun des moyens, des données, des projets, approuvé d'ailleurs par l'Agence régionale de santé (ARS) qui a donné son feu vert, les CHU espèrent devenir un véritable pôle national, "fer de lance de l'innovation sur le numérique en santé" précise Anne Costa, directrice générale du CHU de Poitiers, qui se réjouit de voir trois CHU collaborer et non pas être en compétition les uns contre les autres, comme souvent à l'échelle régionale. "Je pense qu'on est capable de promouvoir le meilleur pour nos trois établissements. Par exemple, en cancérologie, Poitiers a recours au CHU de Bordeaux, à celui de Limoges. On a besoin de leurs compétences. On a aussi besoin d'être en commun pour concevoir nos projets d'innovation."

La convention, une manière d'équilibrer les forces et les faiblesses de chacun

Chaque pôle a ses forces et ses faiblesses, rappelle Jean-François Lefèvre, le directeur général du CHU de Limoges. La convention va permettre selon lui d'équilibrer les moyens notamment dans l'offre de soins et le diagnostic des patients. "C'est un sujet important parce que ça peut aussi éviter des déplacements de certains patients vers d'autres CHU" explique Jean-François Lefebvre. "Cela peut permettre à chaque CHU d'être encore mieux positionné dans son territoire et ainsi assurer pleinement sa mission."

La signature de la convention ce vendredi 26 mars au CHU de Poitiers
La signature de la convention ce vendredi 26 mars au CHU de Poitiers © Radio France - Camille Huppenoire

Pour Poitiers, Bordeaux et Limoges, qui étaient chacun les cœurs hospitaliers des anciennes régions, le message envoyé par cette convention est clair : chacun des CHU doit avoir sa place dans l'immense Nouvelle-Aquitaine. Y compris dans les financements accordés. "L'entraide doit être au service de l'excellence médicale, de la recherche, de la formation mais elle doit aussi permettre une coopération dans l'articulation des investissements" souligne Léonore Moncond'huy, maire de Poitiers et présidente du conseil de surveillance du CHU de Poitiers. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess