Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences DOSSIER : La mobilisation des habitants contre la fermeture de la maternité du Blanc dans l'Indre

Les citoyens qui occupent la maternité du Blanc depuis une semaine ne comptent pas partir

vendredi 26 octobre 2018 à 17:33 Par Aurore Richard, France Bleu Berry et France Bleu

La maternité du Blanc est occupée depuis le vendredi 19 octobre, cela fait donc une semaine. La directrice de l'ARS demande à ces occupants de partir et dans ce cas, elle pourra les recevoir. Cette condition n'est pas du goût du collectif "cpasdemainlaveille".

Benoît Hamon, fondateur du mouvement Génération.s sera présent ce lundi 29 octobre.
Benoît Hamon, fondateur du mouvement Génération.s sera présent ce lundi 29 octobre. © Radio France - Aurore Richard

Le Blanc, France

La maternité du Blanc compte un nouveau soutien. Benoît Hamon, ex candidat socialiste à la présidentielle, va se rendre sur place dans l'après-midi de ce lundi 29 octobre. Il va venir à la maternité occupée depuis vendredi 19 octobre par des dizaines de citoyens. La directrice de l'ARS, Anne Bouygard a annoncé ce vendredi 26 octobre sur France Bleu Berry qu'une rencontre avec eux était possible mais à une condition : qu'ils quittent la maternité. Pour les membres du collectif "cpasdemainlaveille", il en est hors de question. Ils restent tant que rien ne bouge pour la maternité.

En une semaine, le collectif s'est bien installé. Ses membres ont mis un frigo dans le coin cuisine, la salle de jeux installée dans une des chambres est remplie de jouets. Ils ont trouvé un bricoleur pour fabriquer de très grands panneaux qu'ils planteront devant la maternité ou qui serviront pour aller à la rencontre de la population sur les marchés. 

Une délégation du CHU de Toulouse est venue leur apporter son soutien

Dans le couloir de la maternité, ils ont même installé un jeu de fléchettes avec les photos du président du conseil de surveillance de l'hôpital Châteauroux-Le Blanc, Gil Avérous, de la ministre de la Santé, Agnès Buzyn et de la directrice de l'hôpital, Evelyne Poupet. 

Depuis une semaine, ils reçoivent à la maternité des délégations de centres hospitaliers de Vierzon, de Poitiers et même de Toulouse. La CGT de Toulouse a notamment réalisé un clip en détournant la chanson d'Orelsan, "Basique", afin d'interpeller sur les difficultés dans leur hôpital. Cette chanson fait aussi écho à la situation au Blanc selon plusieurs occupants. 

Ils ont déjà un programme bien rempli pour les jours à venir, et notamment un "goûter gros bidons" ce lundi 29 octobre où les femmes enceintes du Blanc et des environs sont invitées. Ils comptent bien rester même si la directrice de l'ARS leur demande de partir. 

"C'est complètement fou qu'elle puisse nous demander ça. On a fait deux heures de route en minibus pour aller la voir à l'ARS à Orléans, elle ne nous a pas reçus. Elle demande aux femmes enceintes d'aller accoucher à plus d'une heure de chez elles donc elle, avec sa santé, elle est capable de venir nous rencontrer", estime Christelle, qui a dû accoucher de son bébé à Châtellerault en juillet dernier parce que la maternité du Blanc était fermée. 

Le collectif demande une nouvelle commission d'expertise

Ce siège est un moyen de pression et il leur permet enfin d'avoir quelques avancées. "Ils reconnaissent qu'ils mettent actuellement en danger les femmes qui doivent accoucher donc ils font la proposition de mettre une sage-femme à disposition des services d'urgence 24h/24", explique Bertrand Coly, membre du collectif "cpasdemainlaveille". 

Il attend surtout la mise en place d'une nouvelle commission d'expertise qu'il souhaite"indépendante" afin d'évaluer la sécurité de la maternité du Blanc. Le collectif souhaite un entretien avec la ministre de la Santé avec toujours le même objectif, la réouverture de la maternité.