Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Les cliniques privées de la métropole de Tours ont mis en place des lits Covid pour soulager le CHRU

-
Par , France Bleu Touraine

Comme lors de la première vague de Covid au printemps 2020, les deux principales cliniques privées de la métropole de Tours se mobilisent pour venir en aide au CHRU. Depuis quelques jours des lits de réanimation supplémentaires ainsi que des lits de surveillance ont été ouverts. 

 Le service de réanimation de l'hôpital Bretonneau à Tours
Le service de réanimation de l'hôpital Bretonneau à Tours © Radio France - Marcellin Robine

Public - privé même combat : les deux principales cliniques privées de la métropole de Tours apportent leurs moyens pour soutenir le CHRU de Tours dans la lutte contre la Covid-19. Comme lors de la première vague du printemps 2020, les cliniques Vinci à Chambray-lès-Tours et NCT (Alliance) à Saint-Cyr-sur-Loire ont ouvert des lits de réanimation supplémentaires ainsi que des lits de surveillance.

Depuis le mercredi 14 avril, la clinique NCT est passée de six lits de soins intensifs à 14 explique l'ARS afin d'assurer la prise en charge des patients en réanimation.

Au Pôle santé Vinci à Chambray-lès-Tours, pas de lit de réanimation mais une unité de surveillance continue post-Covid a ouvert il y a une semaine explique Frédérique Gauchet, la directrice opérationnelle du pôle santé : "Nous mettons cinq lits à disposition pour les patients qui ont été extubés qui ont fait un séjour en réanimation et qui nécessitent une surveillance complémentaire à l'issu de leur séjour à l'hôpital. Il s'agit de désengorger la filière de soins puisque la problématique reste le nombre de lits disponibles en réanimation. L'idée est de soulager le CHRU".

Le Pôle Vinci dispose également de 22 lits Covid en médecine conventionnelle. Frédérique Gauchet constate que les patients sont beaucoup plus jeunes que lors de la première vague.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess