Santé – Sciences DOSSIER : La Sarthe, désert médical ?

Pour attirer les maisons de santé, les communes "se tirent la bourre" témoigne un médecin généraliste

Par Marie Mutricy, France Bleu Armorique et France Bleu Maine jeudi 26 janvier 2017 à 8:14

Le docteur Jean-Marc Toqué est désormais médecin généraliste... à l'hôpital du Mans !
Le docteur Jean-Marc Toqué est désormais médecin généraliste... à l'hôpital du Mans ! © Radio France - Marie Mutricy

Le Docteur Jean-Marc Toqué a exercé en Bretagne. Médecin généraliste pendant 30 ans, "le plus beau métier du monde" selon lui. Le plus solitaire aussi. Après avoir tenté de monter une maison de santé et subit un problème de santé, il est désormais généraliste... à l'hôpital du Mans.

"J'ai quitté ce que je considère comme le plus beau métier du monde" lance le docteur Jean-Marc Toqué qui a exercé comme médecin généraliste pendant 30 ans à Lamballe, dans les Côtes-d'Armor. "Ce qui a présidé à mon départ, c'est le fait d'avoir souffert de la solitude. La médecine libérale a pour caractéristique d'être un exercice assez solitaire" explique celui qui pratique désormais dans le service de médecine polyvalente de l'hôpital du Mans. Lancé dans un projet de maison de santé, un problème cardiaque lui a fait prendre conscience qu'il avait atteint les limites de ce qu'il pouvait faire.

Réécoutez l'interview du Docteur Jean-Marc Toqué, médecin généraliste à l'hôpital du Mans

DECRYPTAGE - L'hôpital du Mans a l'un des plus gros service de médecine polyvalente, hors centre hospitalier universitaire. Cela s'explique par l'évolution des pathologies des malades. Avec le vieillissement de la population, les personnes qui arrivent aux urgences sont de plus en plus des personnes âgées qui souffrent de plusieurs problèmes : démence, déshydratation, aggravation soudaine d'une maladie respiratoire... Ces personnes peuvent être directement hospitalisées dans le service de médecine polyvalente, et ce sont les spécialistes qui viennent tour à tour traiter les problèmes spécifiques.

Un déclic

Jean-Marc Toqué a souffert d'un problème cardiaque. Il a été hospitalisé. "ça a été un déclic. Un électrochoc qui m'a fait dire 'avant de s'occuper des autres, il faut aussi s'occuper de soi'. Je ne pouvais pas sacrifier ma vie pour un projet qui était un peu mal embarqué". Le médecin recevait une trentaine de patients par jour, d'autres en reçoivent le double. Et pour les médecins qui restent, le nombre de malades ne cesse de croître : "et les patients ne retrouvent pas toujours de médecin traitant" reconnaît le généraliste.

Les communes "se tirent la bourre"

Jean-Marc Toqué a travaillé à un projet de maison de santé. Un lieu où les professionnels de santé se rassemblent : des médecins mais aussi des infirmier.e.s, kinés, masseurs, psychologues... "C'est une machine terriblement lourde, ça ne se fait pas aussi simplement. La tentation c'est de planter des murs". Mais le généraliste reconnaît que l'Agence régionale de santé veille. Il faut d'abord construire un projet de santé. "Se réunir, savoir ce qu'on veut faire ensemble, comment le faire, régler le problème des prises de décisions. Il y a quand même tout un travail à faire en amont, qui est indispensable et qui nous a pris beaucoup de temps". Trouver un local n'est pas un problème, au contraire : à Lamballe, trois lieux étaient disponibles.

Chacun essaie d'avoir le moindre coût. (...) Les projets se - c'est un peu vulgaire, trivial - tirent la bourre. On peut trouver à 50 km des projets beaucoup moins onéreux. Je trouve assez malsain ces communes qui vont essayer d'attirer des médecins au prix de gros sacrifices financiers.

Revenir sur la liberté d'installation ?

Alors a-t-il une solution ? "Il faudra parler de la liberté d'installation" lâche celui qui est désormais salarié de l'hôpital du Mans. Et si les médecins tout juste diplômés passaient 4 ou 5 ans dans des endroits où il y a les plus gros besoins ? En tout cas, le généraliste en est convaincu, il faut libérer le temps médical. "Ce qui fait peur, c'est la gestion, la paperasserie" conclut Jean-Marc Toqué.