Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "Les contaminations augmentent trop vite dans la Somme", selon l'épidémiologiste Maxime Gignon

-
Par , France Bleu Picardie

Le taux d'incidence dans le département de la Somme et de l'Aisne a augmenté ces derniers jours. "ll faut rester prudent" insiste le professeur Maxime Gignon, épidémiologiste, responsable prévention et risque au CHU d'Amiens.

Le professeur Gignon se base sur les chiffres de Santé publique France
Le professeur Gignon se base sur les chiffres de Santé publique France © Maxppp - Vincent Isore

"Plus de 159 nouveaux cas pour 100 000 habitants sur 7 jours" selon les chiffres de Santé publique France repris par le professeur Maxime Gignon dans un tweet. La Somme et l'Aisne voient les contaminations repartir à la hausse. "Au mois de novembre c'était surtout le nord des Hauts-de-France qui était particulièrement touché, alors que la Somme et l'Aisne l'étaient moins et maintenant c'est le contraire. On sent une dynamique de l'épidémie plutôt à la hausse et ça doit être suivi" s'inquiète le professeur Maxime Gignon.

"Plus il y a de personnes contaminées, plus on risque de croiser des gens qui sont infectés."

Un troisième confinement serait-il la solution? 

Les confinements servent à casser la dynamique de l'épidémie et ça fonctionne mais ça a d'autres conséquences: sur l'économie, la santé mentale. Cette décision doit être prise par ceux qui nous gouvernent, mais ce n'est pas à exclure dans les semaines qui viennent. L'indicateur des tensions hospitalière, c'est-à-dire des capacités d'accueil des malades à l'hôpital, s'est amélioré depuis le mois de novembre, en dehors de quelques cas, donc c'est une bonne chose."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess