Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Confinement - Coronavirus : 100% solidaire

Les couturières de l'Opéra de Toulouse participent à la fabrication de masques

-
Par , France Bleu Occitanie

Comme leurs collègues de plusieurs opéras de France, les professionnelles du Théâtre du Capitole cousent depuis lundi des masques en tissu lavables.

Des couturières fabriquant des masques (illustration)
Des couturières fabriquant des masques (illustration) © Maxppp - Vincent VOEGTLIN

D'habitude, ce sont les tutus, ou les corsets. Mais depuis lundi 20 avril, les costumières du Théâtre du Capitole de Toulouse participent à "l'effort de guerre", pour fabriquer des masques en"grand public", qui seront probablement rendus obligatoires avec le déconfinement.

Ravie de prendre part à une action concrète

Isabelle Daumas, couturière à l'Opéra de Toulouse raconte ainsi à l'Agence France Presse être "ravie de prendre part à une action concrète". Avec une vingtaine de ses collègues, elle se lance dans la production en respectant les recommandations de l'Afnor, l'Association française de normalisation, qui a mis en ligne fin mars un mode d'emploi : tissage serré, nombre de fils très précis au mètre carré, etc. Le masque doit notamment être lavable à 60 degrés. La confection d'un masque peut prendre jusqu'à 20 minutes.

Le Théâtre du Capitole est fermé depuis le début du confinement, et nul ne sait quand il pourra rouvrir. Les couturières ont donc voulu se rendre utiles. "Ca nous a fait un pincement de coeur de ne plus être dans cette énergie de spectacle, mais au bout d'un mois de confinement, on a envie de faire quelque chose avec nos compétences", explique Isabelle Daumas. "Ca donne une forme de reconnaissance". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess