Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les défenseurs de l'homéopathie expriment leurs inquiétudes à la mairie de Limoges

-
Par , France Bleu Limousin

Après l'avis de la Haute Autorité de Santé de ne plus rembourser l'homéopathie, une délégation composée de médecins, de pharmaciens mais aussi des laboratoires Boiron ont tenu à exprimer leurs inquiétudes. Ils se sont rassemblés ce vendredi à la mairie de Limoges pour défendre une liberté de choix.

Une délégation pour maintenir le remboursement de l'homéopathie se rassemble à la mairie de Limoges
Une délégation pour maintenir le remboursement de l'homéopathie se rassemble à la mairie de Limoges © Radio France - Françoise Ravanne

Les laboratoires Boiron qui emploient une vingtaine de personnes à Limoges sont particulièrement inquiets car il y aura forcément un impact pour l'emploi estime la directrice du site Estelle d'Artensec "Le groupe Boiron en France c'est 2500 emplois , on estime que 1000 emplois pourraient être impactés"explique t-elle et ça pourrait aussi toucher le site de Limoges.

Une crainte que partage Marie, elle travaille depuis 12 ans dans les laboratoires Boiron à Limoges "oui on est inquiet, et on est dans l'incompréhension totale face à la virulence des attaques que subit notre thérapeutique depuis un an".

"Financièrement ça va être un gros impact pour le budget familial", Séverine, une habitante de Séreilhac

Séverine a tenu à participer à la délégation car elle utilise principalement l'homéopathie pour se soigner et pour soigner sa famille. "Les médicaments tels que les antibiotiques ne me conviennent pas... et avec l'homéopathie je n'ai plus d'effets secondaires" explique cette habitante de Séreilhac et si ce n'est plus remboursé "ça va être un gros impact financièrement sur le budget familial et du coup on se soulagera moins sur certaines pathologies".

Prés d'un français sur deux a couramment recours à l'homéopathie

Des pharmaciens étaient aussi présents comme Muriel Barriac qui a passé un diplôme universitaire d'homéopathie à Limoges et qui constate dans sa clientèle l'engouement pour cette thérapeutique car elle est facile d'emploi et accessible.

Le docteur Antoine Demonceaux qui est aussi le président national de l'association SAFEMED créée l'année dernière pour défendre l'homéopathie était aussi à Limoges ce vendredi. Pour lui la fin du remboursement de l'homéopathie pourrait provoquer des dommages colatéraux "On va avoir beaucoup de difficultés à enseigner l'homéopathie en faculté de médecine, des difficultés pour la recherche aussi et puis il y a aussi tous les gens qui n'ont pas les moyens... c'est dramatique" Et il affirme que 46 % des français ont recours couramment à l'homéopathie. La pétition nationale Mon Homéo Mon choix a recueilli prés d'1,2 million de signatures

Tous demandent un moratoire au gouvernement sachant que c'est à la ministre de la santé Agnès Buzyn désormais de trancher.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess