Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les défenseurs de la maternité du Blanc de retour devant le tribunal administratif

-
Par , France Bleu Berry

Plus de deux ans et demi après la fermeture de la maternité du Blanc, le recours déposé contre la cessation d'activité du service était étudié sur le fond ce jeudi par le tribunal administratif de Limoges.

L'hôpital du Blanc où la maternité est fermée depuis juin 2018
L'hôpital du Blanc où la maternité est fermée depuis juin 2018 © Radio France - Jérôme Collin

Le tribunal administratif de Limoges étudiait ce jeudi différents recours concernant la maternité du Blanc, dont la fermeture a été actée en octobre 2018. Plus de deux ans et demi après, cet examen arrive bien tard. Parmi ses défenseurs, plus grand monde n'envisage sérieusement une réouverture. Il était néanmoins important d'aller au bout de cette démarche, explique l'ex-maire de la commune, Annick Gombert. Avec le comité de défense des usagers de l'hôpital du Blanc, la communauté de communes Brenne-Val de Creuse, le PNR de la Brenne et plusieurs citoyens membres du collectif Cpasdemainlaveille, elle portait notamment un recours contestant l'arrêté qui ordonnait la cessation de l'activité du service : "L'objectif c'est de dire que ça a toujours été vécu et c'est encore vécu comme une injustice vis-à-vis de la population de fermer cette maternité parce que ça met en danger les parturientes et leurs bébés. On est toujours à une heure minimum d'une autre maternité"

Des dommages-intérêts pour un accouchement aux urgences

Un autre recours étudié par le tribunal dénonçait la fusion-absorption des hôpitaux de Châteauroux et du Blanc en 2016. Cette fusion a, précise Annick Gombert "évincé les représentants du territoire blancois" du conseil d'administration de la structure ainsi créée. Une troisième action était portée par une mère ayant accouché aux urgences du Blanc en novembre 2019. Son avocat, Daniel Guiet raconte : "L'enfant est née presque à terme grâce au professionnalisme de la sage-femme qui heureusement était présente et grâce au personnel des urgences et du bloc opératoire. Le SAMU de Châteauroux avait été appelé pour un transfert à l'hôpital de Poitiers, mais compte tenu de l'urgence, finalement l'accouchement a eu lieu sur place". Ce jour-là, il n'y a pas eu de complications, mais ça aurait pu ne pas être le cas. "Dès lors que l'on accouche hors du maternité, il y a des risques supplémentaires," estime Me Guiet. La maman réclame un euro de dommages et intérêts. "Il s'agit d'une procédure symbolique destinée à montrer la nécessité de pouvoir accoucher dans de bonnes conditions", conclut l'avocat. Le jugement du tribunal sur ces trois dossiers est attendu la semaine prochaine. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess