Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les écoles d'aides-soignants de la Loire attirent de moins en moins de candidats

dimanche 28 janvier 2018 à 18:48 Par Jeanne-Marie Marco, France Bleu Saint-Étienne Loire

En dix ans, les écoles d'aides-soignants de la Loire ont perdu la moitié de leurs candidats. La pénibilité du travail et les petits salaires découragent de plus en plus.

L'institut régional de formation sanitaire et sociale de la Croix-Rouge de Saint-Etienne
L'institut régional de formation sanitaire et sociale de la Croix-Rouge de Saint-Etienne © Radio France - Jeanne Marie Marco

Loire, France

Comment faire pour attirer des étudiants dans les écoles d'aides-soignants et d'infirmiers de la Loire ? La Croix-Rouge a organisé ce samedi une journée portes ouvertes dans tous ses centres de formations de France. L'institut de Saint-Etienne a donc ouvert ses portes rue de Montferré.

Deux fois moins de candidats en dix ans

La Loire compte sept écoles d'aides-soignants. En 2008, il y a donc dix ans, 1.183 candidats s'étaient présentés dans ces établissements. L'an dernier, il n'étaient plus que 540, signe criant d'une baisse des vocations.

Pourquoi le métier d'aide-soignant attire de moins en moins ? La pénibilité du travail est l'argument premier, les soignants font de plus en plus d'heures du fait du manque d'effectifs. Dans les Ehpad de la Loire par exemple, le taux d'encadrement est de 0.6, soit moins d'un soignant par résident. Un mouvement social est d'ailleurs prévu ce mardi 30 janvier, débrayages à 11h dans les établissements et rassemblement devant l'Agence régionale de santé à Saint-Etienne à 15h.

La rémunération n'attire pas non plus. En début de carrière et en secteur public, un aide-soignant gagne en moyenne 1.200 euros net par mois.

La passion avant tout

Les futurs étudiants rencontrés à l'Institut régional de formation sanitaire et sociale de la Croix-Rouge de Saint-Etienne semblent déjà conscient de la pénibilité du travail. La plupart parlent d'une "vocation". Fatima par exemple s'est occupée de sa mère malade : "j'étais son aide-soignante personnelle alors aujourd'hui j'ai décidé de sauter le pas, de passer le concours".

Simon Dury, le président du bureau des étudiants (BDE) de l'école de la Croix-Rouge de Saint-Etienne, encourage les futurs étudiants à franchir le pas. "Si vous aimez aider les autres, si vous aimez parler à quelqu'un que vous ne connaissez pas, si vous voulez aider votre prochain venez !".

L'entrée à l'IRFSS de la Croix-Rouge se fait sur concours, avec deux épreuves écrites (un test psychotechnique et une dissertation sur un sujet d'actualité) et un oral pour environ 40% des candidats sélectionnés.