Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les écoliers lancent la 30ème édition des Virades de l'Espoir en Mayenne avec le skipper Maxime Sorel

-
Par , France Bleu Mayenne

Ils ont donné le top départ de la 30ème édition des Virades de l'Espoir dans le département : 1.568 enfants se sont élancés pour une course de 2 km dans les rues de Laval. Une façon de sensibiliser les plus jeunes à la mucoviscidose.

Le skipper Maxime Sorel du V&B Mayenne a donné le coup d'envoi de ces 19èmes Virades scolaires
Le skipper Maxime Sorel du V&B Mayenne a donné le coup d'envoi de ces 19èmes Virades scolaires © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

"Trois, deux, un"... Plus de 1.500 écoliers et collégiens se sont élancés de la préfecture de Mayenne ce matin pour une course solidaire de deux kilomètres envers les personnes atteintes de mucoviscidose. Cette maladie génétique rare et chronique touche un nouveau-né sur 4.000. 

Cette Virade scolaire marque le coup d'envoi d'un week-end complet dédié aux Virades de l'espoir. "Quand je vais raconter à certains jeunes malades ce que vous faites pour eux, ils vont se sentir moins seuls", lance Pierre Foucaud, le président de l'association Vaincre la mucoviscidose.

"On leur donne du souffle"

"On va courir pour leur donner du souffle", lance Sihem, en CE2 à l'école Thevalles. "C'est pour aider les enfants qui n'arrivent pas à respirer", ajoute son camarade Ritej. Tous ont déjà parlé de la mucoviscidose avec leurs enseignants. "Je leur ai expliqué pourquoi on venait courir aujourd'hui, et souvent ils n'ont pas encore entendu parler de la maladie", indique leur enseignant Stéphane Morand.

Ambre, en 6ème, se sent particulièrement concernée depuis sa rencontre avec une petite espagnole pendant ses vacances. "J'ai _une copine qui est malade et elle doit apporter des médicaments à l'école_, raconte-t-elle. Elle a beaucoup de difficultés".

Un anniversaire en présence du skipper Maxime Sorel

Le skipper du bateau V&B Mayenne Maxime Sorel s'est élancé avec les enfants dans la course. Le malouin est parrain de l'association Vaincre la mucoviscidose car il y a rapidement été confronté. "Un des mes jeunes voisins avait la mucoviscidose et a été greffé du cœur et des poumons, donc j'ai œuvré sur les Virades quand j'étais gamin ! explique-t-il. En 2014, sur la Route du Rhum, c'est lui qui a hissé le drapeau de l'association symboliquement".

Depuis, il a noué un partenariat avec l'association et profite de certaines courses pour récolter des dons. "Ça permet de _donner de la visibilité pour faire accélérer la recherche_", estime le skipper, qui invite quand il le peut de jeunes malades à bord. L'une d'elle, passionnée de voile, a même intégré l'équipe qui prépare son bateau depuis quatre ans en amont des courses.

Plus de 1.500 enfants se sont élancés dans la course à Laval
Plus de 1.500 enfants se sont élancés dans la course à Laval © Radio France - Morgane Heuclin-Reffait

Faire avancer la recherche

L'an dernier, 8.500 enfants ont couru dans tout le département : "la Mayenne est le premier département en terme de participants aux virades scolaires", se félicite Stéphane Braud, le responsable. "La sensibilisation commence en amont, on passe dans les écoles pour informer sur la maladie, en répondant aux questions des enfants. Ils sont les premiers relais des parents", explique-t-il. 

Depuis deux ans il y a plus d'adultes que d'enfants avec la mucoviscidose : ça veut dire que la recherche avance !

En 30 ans, la recherche a déjà permis de faciliter la vie des malades à défaut de les guérir. "Quand on a lancé l'association en 1965, une personne qui naissait avec la mucoviscidose avait une espérance de vie de sept ans, indique Stéphane Braud. _Aujourd'hui, c'est 48 ans_. La prise en charge est plus rapide, les traitements sont beaucoup plus au point". Chaque année, 7.500 enfants naissent encore en étant atteints de mucoviscidose.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess