Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les enseignants du Vaucluse commencent à être vaccinés dans le centre de secours principal d’Avignon

-
Par , France Bleu Vaucluse

Ce week-end, des créneaux de vaccination étaient ouverts aux personnels des établissements scolaire, ainsi qu'aux policiers et aux gendarmes. Les personnes de 55 ans et plus peuvent se rendre au pôle vaccination du centre de secours principal d’Avignon. Des médecins du CODIS 84 les accueillent.

L'entrée de l'espace dédié à la vaccination au centre de secours principal d’Avignon.
L'entrée de l'espace dédié à la vaccination au centre de secours principal d’Avignon. © Radio France - Mathieu MESSAGE

Des créneaux dédiés à la vaccination ont ouvert ce week-end dans plusieurs centres de vaccination pour les plus de 55 ans. La nouvelle mesure concerne les professeurs des écoles, collèges et lycées, les professionnels de la petite enfance, les policiers et gendarmes, les surveillants pénitentiaires, les agents spécialisés des écoles maternelles (Atsem) et les AESH (accompagnants d'enfants en situation de handicap), soit environ 400 000 personnes. À Avignon (Vaucluse), les premiers vaccins ont été distribués au centre de secours principal par les médecins du CODIS 84.

Premiers vaccins à quelques jours de la reprise des cours

Ce week-end, des créneaux de vaccination étaient ouverts, notamment aux personnels des établissements scolaire âgés de 55 ans et plus. Ces dernières peuvent désormais recevoir des injections de vaccin AstraZeneca. Le rendez-vous était donné au pôle vaccination du centre de secours principal d’Avignon, où des médecins rattachés au CODIS 84 accueillent les inscrits. 

La priorité est vraiment donnée aux enseignants, à quelques jours d'une reprise des cours. Jean-Pierre ne se voyait pas retourner en classe sans vaccin : "J'ai reçu une proposition de créneau sur ma messagerie professionnelle. On me proposait ce week-end et j'ai préféré venir le plus tôt possible. Je pense que c'est essentiel dans notre profession pour _ne prendre aucun risque_, surtout que l'on peut être au contact d'enfants qui sont des porteurs sains."

Un médecin prend en consultation un patient qui va se faire vacciner.
Un médecin prend en consultation un patient qui va se faire vacciner. © Radio France - Mathieu MESSAGE

À l'accueil, les personnes inscrites doivent donner leur numéro de sécurité sociale, remplir un fiche informative, puis une consultation avec un médecin est organisée avant la piqûre. Pour Giovanna, tout s'est bien passé : "Au début j'ai eu peur des potentielles conséquences, mais en faisant le _rapport risques/bénéfices_, je suis venue aujourd'hui. Je n'ai pas eu mal, pourtant je suis très douillette d'habitude. Je suis sûrement tombée sur un pompier particulièrement délicat."

Dans tous les cas, le docteur Ponsoda du CODIS 84, veille au grain : "Il y a assez peu de réactions graves attendues, plutôt des petits malaises sous le coup de l'émotion, mais au final c'est le lot de tous les vaccins."

7 600 personnes de l'académie d'Aix-Marseille à vacciner

Bernard Beignier, recteur de l'académie d'Aix-Marseille, appelle tous les enseignants à se faire vacciner prochainement. Pour lui, la solution ne peut passer que par une vaccination massive de la population : "Ce sont des enseignants volontaires, qui se relaient sur des créneaux de 10 minutes. Dans l'académie d'Aix-Marseille, il y a 7 600 enseignants et Atsem de plus de 55 ans. Nous avons donc du travail, et nous allons suivre ce vaccin avec la prise d'une deuxième prise. Il n'y a aucune autre solution que la vaccination massive de la population. Mais aucune inquiétude, nous allons tenir au courant les enseignants de ce qu'il va se passer dans les jours à venir."

Le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, s'est félicité des différentes opérations qui se sont déroulées en France. Il a particulièrement souligné l'action menée dans le Vaucluse à travers un tweet.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess