Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les formations d'infirmières et aides soignantes ne connaissent pas la crise

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Durant le plus fort de la crise de la Covid-19, les soignants ont été particulièrement mis en avant pour leur rôle, au front, contre la pandémie. Aujourd'hui les formations pour ces métiers affichent complet.

Deux infirmiers au travail (Illustration).
Deux infirmiers au travail (Illustration). © Maxppp - DV

Les métiers d'infirmières ou aides soignantes ne sont généralement pas les plus en vue mais ils sont cruciaux dans le fonctionnement du système de santé et pour lesquels les besoins sont immenses. Les formations sont nombreuses. Dans la Loire il y a 5 centres et un seul en Haute-Loire et ils profitent tous de l'image très positive renvoyée par ses métiers depuis plusieurs mois, malgré des conditions de travail et de rémunération qui soulève des colères. 

Nathalie Eugène est la directrice des Instituts de formation en soins infirmiers et Instituts de formation d'Aides Soignants de Roanne et Montbrison. A la rentrée, 70 infirmiers et 51 aides soignants débuteront leur formation. Ils seront 58 infirmiers et 59 aides soignants à Montbrison : "Sur la formation d'aide soignante on était en difficulté depuis quelques années. On avait des soucis à remplir nos quotas. Cette année l'attractivité de cette formation a été meilleure. La crise a montré l'engagement des professionnels et leur métier. La reconnaissance existe depuis des décennies pour ses métiers mais la situation récente l'a sans doute accrue."

Myriam est aide-soignante à Langeac, en Haute-Loire, depuis 19 ans. Elle aimerait devenir infirmière dans le futur et si elle se réjouit de voir les formations prises d'assaut, elle met aussi en garde de ne pas trop idéaliser ces métiers : "Le coronavirus a certainement créé des vocations mais est ce que ces personnes vont pouvoir faire une carrière complète dans ce milieu je ne sais pas. C'est un métier qui n'est pas facile. Il y a des contraintes, il faut bosser le weekend, sur les jours fériés. Ça peut créer un engouement mais est-ce que ça va durer ? C'est quand même un métier que je conseille mais on ne le choisit pas comme ça, à la légère."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess