Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les Français consomment toujours trop d'antibiotiques

-
Par , France Bleu

" Les antibiotiques, c'est pas automatique ". Tout le monde connaît ce slogan mais le message a bien du mal à passer. La consommation d'antibiotiques repart à la hausse en France et notre santé est menacée. Dans les colonnes du Parisien jeudi, un collectif de médecin alerte sur ce sujet.

La France est le 4e pays le plus consommateur d’antibiotiques en Europe
La France est le 4e pays le plus consommateur d’antibiotiques en Europe © AFP - Science Photo Library / ABO

En France, la consommation d'antibiotiques a bondi de presque 9% en 10 ans. Nous sommes même le 4e pays européen le plus accroc ce qui inquiète les professionnels de santé. Un collectif de médecin s'en inquiète dans le Parisien. Ils constatent une hausse de l’antibiorésistance responsable de plus de 12.000 morts et 150.000 infections chaque année. 

Nous devenons de plus en plus résistants aux bactéries

Les antibiotiques sont victimes de leur succès. Ils sont trop souvent considérés comme un remède qui soigne tout or c'est faux. Ils sont inutiles dans 30% des cas. Pire, si on les utilise trop, les bactéries développent des systèmes de défense et deviennent particulièrement coriaces. Résultat : les hospitalisations sont plus fréquentes et plus longues pour des infections de la peau, des cystites ou encore des otites. Le professeur Eric Senneville fait part de son inquiétude dans une tribune publiée dans le Parisien.

C’est un problème majeur, faisant chaque année des morts. Des patients décèdent non pas de la gravité de leur maladie, mais de ne pas avoir le bon traitement. 

Il faut changer nos habitudes 

Il n'est pas question d’arrêter d'en prescrire mais de ralentir le rythme. Selon ces médecins, il faut absolument miser sur la recherche pour trouver des alternatives et développer les moyens de diagnostic pour faire la différence entre maladie virale et bactérienne. Enfin, il y a encore un gros travail à faire en terme de sensibilisation. Les malades réclament encore trop souvent des antibiotiques à leurs médecins. Toujours selon nos confrères du Parisien, une grande campagne nationale devrait être lancée en 2019.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess