Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les Français ont un bon accès aux soins et vivent donc plus longtemps

lundi 27 novembre 2017 à 20:10 Par Anja Vogel, France Bleu

Après l'OCDE, la Commission européenne dresse le bilan de l'état de santé dans l'Union. Et souligne à quel point le système français reste exemplaire, en terme de prise en charge et surtout de remboursement des soins. La France, où l'espérance de vie est l'une des plus élevée.

Les dépenses de santé en France sont plus élevées que dans la plupart des pays de l’UE. Elles ont atteint 3 382 euros par habitant en 2015 contre une moyenne de 2 797 euros
Les dépenses de santé en France sont plus élevées que dans la plupart des pays de l’UE. Elles ont atteint 3 382 euros par habitant en 2015 contre une moyenne de 2 797 euros © Maxppp - Luc Nobout

Les dépenses de santé en France sont 20 % plus élevées que la moyenne des pays de l’UE, par habitant nous ne sommes qu'à la neuvième place loin derrière le Luxembourg, mais en proportion du PIB, nous arrivons en deuxième position juste derrière l'Allemagne. Et ça en vaut la peine. Le système de santé français fournit des soins de qualité et contribue de manière importante à la bonne santé de la population. Notre espérance de vie est l'une des plus élevées, après l'Espagne et l'Italie, et les taux de mortalité évitable sont parmi les plus faibles en Europe, souligne la Commission. Les personnes atteintes de pathologies potentiellement fatales, telles que crises cardiaques, accidents vasculaires cérébraux et cancers survivent plus souvent qu’ailleurs.

La population a un bon accès aux soins et aux hôpitaux

Presque toute la population est couverte par l’assurance maladie, le panier de soins de santé est large. La part des dépenses à la charge des patients en France n’est que de 7 % , soit le taux le plus faible en Europe. Mais il est plus élevé pour les personnes sans mutuelle ou complémentaire santé. Bruxelles rappelle qu'une part non négligeable de la population éprouve des difficultés à accéder aux soins dentaires et optiques, pour des raisons financières. Disparités donc selon le revenu. Par ailleurs le problème des inégalités régionales de l’accès aux soins n’est pas encore résolu.

Les pays européens et notamment la France n'investissent pas assez dans la prévention

"Seulement 3% de nos budgets de santé sont consacrés à la prévention, contre _80% consacrés au traitements des maladies_". Les maladies chroniques et non transmissibles sont pourtant liées à des facteurs que l'on peut prévenir: le tabagisme et la consommation d'alcool sont plus élevés en France, les taux d'obésité jusque là raisonnables augmentent, le manque d'activité en particulier chez les jeunes devient préoccupant. Le cancer et les maladies cardiovasculaires sont les principales causes de décès en France. Pour la Commission il faut renforcer les politiques de prévention. Continuer à moderniser et rationaliser le secteur hospitalier, mieux coordonner les soins primaires en amont pour désengorger les urgences. Pour l'instant nous avons encore plus de lits d'hôpitaux et d'infirmiers que nos voisins, mais le nombre de médecins est tombé sous la moyenne européenne.

ECOUTER AUSSI la chronique Tous Européens