Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les Franciliens pas accros aux antidépresseurs, les Parisiens beaucoup plus

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Paris

L'Ile-de-France est la région française, avec l'Alsace, où l'on consomme le moins d'antidépresseurs selon l'étude IMS Health " dépression et territoires " que France Bleu 107.1 publie en exclusivité. Seuls les Parisiens échappent à cette bonne santé et figurent parmi les départements où il se vend le plus d'antidépresseurs.

Photo d'illustration
Photo d'illustration © Maxppp

La consommation de Prozac et autres antidépresseurs n'est pas la même selon les régions française. Selon l'étude "dépression et territoires" réalisée par IMS Health pour France Bleu 107.1 , le Limousin et l'Auvergne suivies par Poitou Charentes sont les championnes de France de la consommation d'antidépresseurs. A l'inverse, l'Ile-de-France apparait dans ce classement à l'avant-dernière place suivie par l'Alsace. En région parisienne, la consommation quotidienne est quasiment deux fois moins importante que dans la région limousine (5,26 doses journalières par habitants contre 9,95).

Etude IMS Health "dépression et territoires" pour France Bleu 107.1
Etude IMS Health "dépression et territoires" pour France Bleu 107.1 © Radio France

Si les Franciliens consomment moins d'antidépresseurs, c'est surtout, selon  cette étude, parce que la région compte moins de personnes agées de plus de 65 ans , une population plus exposée à la dépression et qu'il y a plus de couples avec enfants, des couples moins exposés à la maladie. Cela se vérifie dans la quasi-totalité des départements de la région, notamment dans le Val d'Oise et la Seine-St-Denis qui sont les départements français les moins consommateurs d'anti-dépresseurs.

Paris fait néanmoins figure d'exception . La capitale se classe parmi les départements les plus accros à ces médicaments. Essentiellement parce que c'est là où il y a le plus de célibataires et le moins de couples avec enfants.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess