Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les habitants des Hauts-de-France tardent à retourner chez leur médecin

-
Par , France Bleu Nord

Une enquête de l'UFC-Que Choisir menée auprès de 251 personnes dans les Hauts-de-France montre que la reprogrammation des soins à la suite du déconfinement a pris beaucoup de retard.

Rendez-vous manqués chez le médecin en raison de la crise sanitaire
Rendez-vous manqués chez le médecin en raison de la crise sanitaire © Maxppp - Dinoco Greco

Un retard "alarmant" pour l'association de consommateurs. Elle constate que 73% des rendez-vous initialement prévus entre le 17 mars et le 11 mai ont été annulés et que moins de 22% ont fait l'objet d'une reprogrammation.  L'enquête a été menée auprès de médecins spécialistes ainsi qu'en établissements de santé. 

L'appel à annuler les activités chirurgicales et médicales non urgentes a été entendu au plus fort de la crise liée au coronavirus.  Mais l'UFC- Que Choisir constate que seul un quart des patients qui ont vu leur rendez-vous annulé ont pu avoir un contact direct avec leur chirurgien. "La communication est trop souvent restée uniquement administrative" déplore l'association. 

C'est aujourd'hui l'embouteillage de patients

Au moment de l'enquête donc, 22% des rendez-vous avaient été repris. Seulement 15% pour les opérations et traitements en milieu hospitalier. L'UFC - Que Choisir demande donc des mesures exceptionnelles : "la menace d'une deuxième crise sanitaire, cette fois liée aux déprogrammations de soins, exige que toutes les ressources d'offres de soins territoriales, privées et publiques, soient mobilisée à plein." L'association interpelle l'Agence régionale de Santé pour qu'elle mette en place un "suivi des capacités des différents établissements de soins (..) pour orienter les usagers vers les places disponibles". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess