Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les héros du confinement en Limousin : Catherine, aide à domicile, seul lien avec le monde extérieur

-
Par , France Bleu Limousin

Lors du premier confinement, Catherine Sabourdie, aide à domicile à l'ADPAD de Limoges, a continué à accompagner de nombreuses personnes âgées, encore plus isolées que d'habitude. Elle était alors leur seul lien vers le monde extérieur et raconte cette période intense et épuisante.

Cathy, comme ses collègues l'appellent, a toujours répondu présente pendant les confinements.
Cathy, comme ses collègues l'appellent, a toujours répondu présente pendant les confinements. © Radio France - Benjamin Recouvreur

En mars 2020, Catherine Sabourdie, aide à domicile à Limoges, a vite compris que son rôle allait devenir encore plus essentiel au cours du confinement. "J'accompagne des personnes âgées, souvent fragiles, et du jour au lendemain on est devenu leur seul lien vers le monde extérieur", raconte-t-elle. Alors il faut continuer à se déplacer, tout en prenant des précautions. Des gants, des masques, du gel, l'association où elle travaille lui offre des premières protections dès le début. "Puis ça s'est fait au fur et à mesure, maintenant on est très bien équipé", ajoute Catherine. 

Malgré tout, Cathy, comme ses collègues la surnomment, a eu peur."Toujours dans une situation comme ça", commente-t-elle dans un sourire. Une peur vite mise de côté pour rassurer les personnes qu'elle accompagne, leur expliquer, et apaiser leur frustration d'être bloquées et de ne voir personne. "Les liens se sont renforcés finalement, parce que la famille ne pouvait pas forcément venir les voir. On est déjà des personnes à qui ils confient beaucoup de chose, et là encore plus. On a pris plus de temps avec eux, pour être plus proche d'eux", raconte Catherine. 

Des semaines épuisantes 

Des confidences qui s'accumulent au quotidien et des journées qui se rallongent, la période a été difficile à gérer. "On avait le droit d'aller marcher une heure, alors on allait marcher, ça vide la tête ! Puis on repartait le lendemain, on faisait notre travail voilà", dit-elle simplement. Hors de question de s'arrêter malgré le contexte. 

Evidemment, au bout d'un moment il y a de l'épuisement. Mais non, on continue, parce qu'on aime notre métier, et c'est parfois inexplicable mais les liens sont très importants - Catherine, aide à domicile 

Pour Catherine, cette crise sanitaire aura aussi eu le mérite de mettre son métier dans la lumière. "Il y a un an, on n'existait pas, on ne parlait pas de nous, alors qu'on a toujours répondu présent", regrette-t-elle. "Aujourd'hui ça a changé, on est reconnu, nos salaires vont être revus, et c'est très important. Parce que ce n'est pas un métier facile, c'est un beau métier, mais ce n'est pas un métier facile", conclut-elle. Le gouvernement a en effet promis une revalorisation de 15% des salaires des aides à domicile.

ECOUTEZ - Le portrait de Catherine, aide à domicile

Choix de la station

À venir dansDanssecondess