Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les héros du confinement en Limousin : quand soignants et soignés se rencontrent

-
Par , France Bleu Limousin

Tous les matins à 8h15, pendant ces vacances scolaires, on vous propose d'écouter le portrait de Limousins qui ont vécu ce confinement de manière particulière. Aujourd'hui, nous vous racontons l'histoire de Jean-Claude et de ses anges gardiens. Elles l'ont soignés du Covid

Un an après, soignants et soignés se retrouvent au service réanimation de l'hôpital de Brive
Un an après, soignants et soignés se retrouvent au service réanimation de l'hôpital de Brive © Radio France - Valentin Houinato

C'est une rencontre très émouvante qui a eu lieu au service réanimation de l'hôpital de Brive, quelques jours avant la date fatidique du 17 mars 2021. Jean-Claude Daschier, cet ancien salarié dans les télecoms, âgé de 62 ans, a été frappé de plein fouet par la Covid-19 l'an dernier, le 22 mars 2020. Il ne tient son salut que par l'intervention des médecins et des soignants du service réanimation briviste, qu'il rencontre désormais. 

Jean-Claude Daschier parle de son "expérience", des 20 jours de coma qui ont suivi son admission à l'hôpital, du trouble qu'il a vécu. "J'ai découvert Olivier Véran en sortant de l'hôpital" raconte-t-il, souriant presque. En face, Stéphanie et Aurélie, l'une infirmière et l'autre aide-soignante, regardent, émues par tant de souvenirs évoqués.  

Stéphanie Boissarie a vu l'arrivée du coronavirus comme une grande peur. Comme sa collègue, Aurélie Cardoso, elle a été parmi les premières à fermer le service pour devenir secteur Covid. Avec les rituels, enfiler les combinaisons pour soigner les patients, alors que la "trouille est là". "D'un coup, on a vu des gens décompenser rapidement. Je me suis vu en pleine journée pleurer lors d'un repas en me disant : 'je vais le ramener à mes enfants et tous nous contaminer'" Heureusement pour elle, elle sera épargnée par cette maladie "insidieuse, vicieuse" dit-elle.

Désormais, les trois individus espèrent que la vaccination permettra à tous de revivre une vie normale. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess