Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les hôpitaux de Marseille réduisent l'offre de soins pour faire face à la montée des cas Covid

-
Par , France Bleu Provence, France Bleu

C'est l'une des conséquences du rebond de l'épidémie de Covid-19 à Marseille. L'AP-HM commence à réduire son offre de soins et déprogramme les opérations les moins urgentes. L'objectif est de libérer des lits pour les patients Covid et éviter la saturation des services de réanimation des hôpitaux.

Sur 90 lits en réanimation à l'AP-HM, 50 sont ce mardi 29 septembre occupés par des patients Covid.
Sur 90 lits en réanimation à l'AP-HM, 50 sont ce mardi 29 septembre occupés par des patients Covid. © Maxppp - Frédéric Speich

À Marseille, malgré la polémique sur la fermeture des bars et restaurants, le rebond du Covid-19 est une réalité dans les hôpitaux. Pour faire face à la deuxième vague et accueillir un nombre toujours croissant de patient Covid, l'AP-HM commence à réduire l'offre de soins et déprogramme les opérations les moins graves. 

"Il y aura un moment, une limite où on sera obligé de recourir à une déprogrammation massive. C'est un choix qui est très douloureux pour nous médecins, car on ne soigne pas que des patients Covid. Il n'y a aucune raison de choisir entre un patient Covid et un patient non-Covid."
— Professeur Marc Léone, chef du service réanimation-anesthésie à l'hôpital Nord de Marseille

L'objectif est bien de libérer des lits pour les patients Covid-19 et éviter la saturation des services de réanimation comme au printemps dernier.  

La moitié des lits de réanimation occupée par des malades Covid-19

Il faut dire que ce lundi 28 septembre, la quasi totalité (98%) des lits de réanimation sont occupés dans les hôpitaux universitaires de Marseille dont plus de la moitié (50 sur 90) par des malades graves du Covid-19.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

À ce rythme, les services de réanimation de l'AP-HM seront saturés d'ici la mi-octobre comme l'avait indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran le 17 septembre dernier. 

Quelles sont les opérations déprogrammées ? 

Ça veut dire que les opérations non-urgentes, non vitales sont repoussées ou vont l'être dans les prochains jours. Par exemple votre opération d'un ligament croisé. Même chose pour les interventions des patients à risque, susceptibles de complication : malades d'un cancer ou souffrant d'une maladie chronique. Ces deux types de chirurgie représentent 60% de l'activité opératoire.

La chirurgie ambulatoire est priorisée. La convalescence se fait donc à la maison.  L'objectif est bien de libérer des lits et des personnels. Car la réanimation nécessite plus de bras et mieux qualifiés.  Deux infirmières pour cinq patients contre une seule pour 20 malades dans d'autres services. Les patients Covid-19 restent aussi plus longtemps en réanimation : 21 jours contre sept pour les autres pathologies.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess