Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les infections alimentaires tuent plus de 200 personnes par an

mardi 9 janvier 2018 à 10:55 Par Marina Cabiten, France Bleu

Les infections d'origine alimentaires représentent chaque année 1,5 million de cas dont plus de 17.000 hospitalisations et plus de 200 décès, selon une estimation publiée mardi.

Infections alimentaires: 1,5 million de cas par an, 250 morts
Infections alimentaires: 1,5 million de cas par an, 250 morts © AFP - FRED DUFOUR

Alors que l'affaire du lait contaminé aux salmonelles Lactalis bat son plein, une étude publiée mardi affirme que chaque année en France, les infections d'origine alimentaire provoquent plus de 17.000 hospitalisations et plus de 200 décès. L'étude, parue dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l'agence sanitaire Santé publique France, a été menée sur la période 2008-2013. Elle a pris en compte 21 agents pathogènes (10 bactéries, 3 virus, 8 parasites) transmis à l'homme par l'alimentation.

La moitié des morts liées aux salmonelles et à la listeria

Le nombre de morts annuel estimé à 256 décès (entre 232 et 358) représente pour les auteurs un niveau de maladies et de mortalité "élevé". En France, environ 70% des cas et des hospitalisations d'origine alimentaire sont des infections dues à des norovirus, aux bactéries Campylobacter et aux salmonelles. La moitié des décès d'origine alimentaire sont liés à des infections dues aux salmonelles "non typhiques", c'est-à-dire non liées aux fièvres typhoïdes et paratyphoïdes, ainsi qu'à la bactérie Listeria monocytogenes.