Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les infirmières appelées à la "mobilisation générale" le 20 novembre

-
Par , France Bleu

Treize syndicats et associations d'infirmières ont appelé vendredi la profession à une "mobilisation générale" le 20 novembre contre le "mépris" du gouvernement, accusé de faire la part trop belle aux médecins dans le plan santé présenté en septembre.

Une manifestation d'infirmières à Strasbourg en 2017
Une manifestation d'infirmières à Strasbourg en 2017 © Maxppp -

"La vision médico-centrée de ce plan ne donne aucun moyen aux infirmières", déplorent les treize organisations dans un communiqué qui dénonce un "manque total de considération" pour leur profession. 

Une mesure du plan "Ma santé 2022" cristallise leur ressentiment: la création de 4.000 postes d'"assistants médicaux" pour les médecins libéraux, vécue "comme une véritable provocation". 

Le gouvernement accusé de privilégier médecins

Ces auxiliaires d'un nouveau genre, à mi-chemin entre la secrétaire et l'aide-soignante, "coûteront 200 millions (d'euros, ndlr) par an à la collectivité", estiment les représentants des infirmières libérales (Sniil, FNI, Convergence infirmière, Onsil), hospitalières (CNI, SNPI, Snia, Snibo, Unaibode), scolaires (Snics, Snies) et puéricultrices (ANPDE). 

Pour ces organisations, "il aurait été plus cohérent de consacrer cet argent à créer des postes en Ehpad, où les conditions de travail sont exécrables", plutôt que de "servir sur un plateau aux médecins généralistes des 'secrétaires sanitarisées' payées par la collectivité". 

Le gouvernement devrait au contraire "privilégier une meilleure reconnaissance des compétences des 660.000 infirmières", à travers les diplômes, les salaires à l'hôpital et les tarifs des actes en libéral, selon ces organisations. 

La journée du 20 novembre vise ainsi à "soutenir la place essentielle des infirmières dans la stratégie de transformation du système de santé".

Choix de la station

France Bleu