Santé – Sciences

Les infirmières de Pontoise nues dans un calendrier pour dénoncer la souffrance dans leur travail

Par Viviane Le Guen, France Bleu Paris et France Bleu jeudi 22 décembre 2016 à 15:34

Photo publiée sur la page Facebook de l'Unsa-Santé du centre hospitalier René-Dubos, à Pontoise, pour promouvoir le calendrier réalisé par des employés pour alerter sur leurs conditions de travail
Photo publiée sur la page Facebook de l'Unsa-Santé du centre hospitalier René-Dubos, à Pontoise, pour promouvoir le calendrier réalisé par des employés pour alerter sur leurs conditions de travail -

Des infirmières de l'hôpital René-Dubois de Pontoise, dans le Val d'Oise, ont sorti mi-décembre un calendrier dans lequel elles posent nues. Objectif, attirer l'attention sur la dégradation de leurs conditions de travail.

"Faut-il que l'on se mette à nu pour que vous vous intéressiez à nous?" En première page du calendrier, le message, écrit sur le dos de cinq infirmières dénudées, donne le ton.

Manque de personnel, augmentation de l'activité, cadences infernales ... Dans un contexte de restrictions budgétaires, les personnels hospitaliers voient leurs conditions de travail se dégrader. Cet été, les suicides de plusieurs soignants, dont au moins cinq infirmiers, ont mis en lumière une souffrance grandissante.

"Sur Pontoise, on nous dit clairement : 'Soit vous revenez sur vos avantages, soit ce sont 120 postes qui disparaissent'. Ce n'est pas admissible" dénonce Yann Le Baron, secrétaire de l'Unsa-Santé du Val d'Oise qui a publié la couverture du calendrier sur sa page Facebook.

500 exemplaires vendus

Afin de marquer les esprits, les soignants ont imaginé des phrases et photos choc pour chaque mois de l'année. "Au mois d'avril, vous trouverez une infirmière qui prépare une seringue reliée à une perfusion de café", décrit Yann Le Baron. "Parce qu'à force de travailler, de revenir sur ses jours de repos, de compenser le manque d'effectif, il n'y a que le café."

La quasi-totalité des 500 exemplaires imprimés mi-décembre ont déjà été vendus en France, en Belgique et en Suisse. Un succès pour l'Unsa-Santé du Val d'Oise qui appelle les agents à se jeter du haut d'un pont au Port-Cergy ce jeudi après-midi. Intitulée "Tous à l'eau !", l'opération, symbolique, a pour but d'"avertir les directeurs hospitaliers, les élu(e)s et la ministre de tutelle, Marisol Touraine, que le désespoir est parfois source des solutions les plus extrêmes".

À LIRE AUSSI ►► Hôpital public : plusieurs milliers d'infirmiers et aide-soignants dans la rue pour dénoncer les cadences infernales