Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les infirmiers libéraux, grands oubliés du "Ségur de la Santé" ?

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Pour Claudine Gillant, présidente du syndicat des infirmières et des infirmiers libéraux, le gouvernement n'a pas pris en compte les efforts fournis par sa profession pendant la crise sanitaire du coronavirus.

Pendant le confinement, les infirmiers libéraux ont continué leurs visites à domicile
Pendant le confinement, les infirmiers libéraux ont continué leurs visites à domicile © Radio France - Annaïg Haute

Ils ont l'impression d'être les grands perdants de cette crise du Covid 19. Les infirmier(e)s libéraux ne trouvent pas leur place dans le "Ségur de la Santé", la concertation destinée à refonder le système hospitalier, qui s'ouvre ce lundi à Paris.  "Le personnel de ville est complètement oublié", confirme Claudine Gillant, présidente du Syndicat des infirmiers et infirmières libéraux de Meurthe-et-Moselle. 

L'Agence régionale de santé nous a sacrifiés

Les infirmiers étaient pourtant sur le pont dès le début de la crise sanitaire, rappelle t-elle. "Nous nous sommes mis seuls en ordre de bataille, on a organisé nos équipes, trouvé du matériel, l'Agence régionale de Santé ne nous a pas aidés. Aujourd'hui, elle reconnait notre travail, elle nous dit merci mais cela s'arrête là", déplore l'infirmière lorraine.

Pendant le confinement, les soignants à domicile ont choisi de regrouper leurs cabinets pour traiter au mieux les patients contaminés par le coronavirus et les autres. Une organisation complexe pour protéger les malades et les professionnels de santé. "Nous sommes les seuls à être restés en activité, insiste Claudine Gilliant. Les médecins restaient dans leurs cabinets, les kinés ont raccroché la blouse, il n'y avait que les infirmières libérales qui rentraient chez les patients". La présidente du syndicat réclame notamment une revalorisation du prix des actes infirmiers. Il n'a pas augmenté depuis 2007, précise t-elle. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu