Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les Isérois se forment aux "gestes qui sauvent"

dimanche 4 novembre 2018 à 15:01 Par Nicolas Joly, France Bleu Isère

Savez-vous faire un massage cardiaque ? Utiliser un défibrillateur ? Arrêter une hémorragie ? Beaucoup de Français ne connaissent pas les gestes de premiers secours. Pour rattraper ce retard les sapeurs-pompiers mènent une campagne de formation sur les "Gestes qui sauvent".

L'adjudant-chef Xavier Chirat assure 2h de formation aux "gestes qui sauvent"
L'adjudant-chef Xavier Chirat assure 2h de formation aux "gestes qui sauvent" © Radio France - Nicolas Joly

Échirolles, France

Maeva fait un massage cardiaque à un mannequin en plastique depuis plusieurs minutes. Il ne donne toujours pas signe de vie. Elle doit donc sortir le défibrillateur. La machine donne les instructions que la jeune femme suit avec attention. "Écartez-vous", récite le boîtier,"Choc délivré. Reprenez la réanimation". Maeva reprend le massage cardiaque. Le mannequin ne se relèvera pas mais en situation d'urgence réelle ces gestes peuvent changer la donne et sauver des vies.

Chaque minute passée sans massage cardiaque réduit de 10% les chances de survie d'une personne en arrêt cardiaque - Radio France
Chaque minute passée sans massage cardiaque réduit de 10% les chances de survie d'une personne en arrêt cardiaque © Radio France - Nicolas Joly

Des situations de tous les jours

L'adjudant-chef Xavier Chirat encadre la matinée. Il met le paquet sur la mise en scène. L'objectif : recréer des situations qui peuvent arriver dans la vie de tous les jours. "Une personne qui tombe parce qu'elle a trop bu, une chute en montagne, ce sont des choses qui arrivent. Savoir réagir correctement peut faire la différence."

Former les citoyens c'est un moyen pour les pompiers de sécuriser toute la population. En moyenne les secours mettent une dizaine de minutes pour intervenir après un appel. Et chaque minute sans massage c'est 10% de chance de survie en moins pour une victime en arrêt cardiaque. "Il est fréquent pour nous d'arriver lors d'interventions et de constater qu'aucun geste de premier secours n'a été pratiqué", regrette l'adjudant-chef.

À l'issue de la matinée les participants reçoivent un diplôme - Radio France
À l'issue de la matinée les participants reçoivent un diplôme © Radio France - Nicolas Joly

Adopter les bons réflexes

Le programme de la matinée est dense : deux heures pour apprendre les gestes qui peuvent sauver des vies. Pas sûr que les élèves retiennent tout d'un coup. "On ne cherche pas à transformer ces gens en apprentis-pompiers", précise Xavier Chirat, "mais de leur donner des réflexes afin qu'ils sachent quoi faire en situation d'urgence. Pour être bien au point il faudrait qu'ils viennent en caserne une fois par an."

Christian confirme : ces gestes il les connaissait déjà mais une piqûre de rappel ne fait jamais de mal : "J'avais déjà suivi des formations et participé à des manifestations mais j'avais besoin de revoir certains gestes."  Il vient d'Allemagne où près de 81% de la population est formée aux premiers secours. En France seulement 53% des gens ont déjà suivi ce type de formation. L'adjudant-chef regrette de ne pas voir plus de monde. "Il n'y avait que quatre personnes ce matin, c'est dommage. Il devrait y en avoir beaucoup plus."