Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les kinés des hôpitaux universitaires de Strasbourg en grève

jeudi 5 juillet 2018 à 16:46 Par Maxime Nauche, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Des dizaines de kinés des hôpitaux publics étaient en grève jeudi à Strasbourg. Ils demandent une revalorisation de leur métier pour que les jeunes ne partent plus systématiquement vers le secteur privé.

Des kinés en grève devant le nouvel hôpital civil de Strasbourg
Des kinés en grève devant le nouvel hôpital civil de Strasbourg - Luis Eduardo Calderon Santos

Strasbourg, France

De plus en plus de jeunes kinés délaissent l'hôpital public pour le secteur privé. Pour inverser la dynamique, il faut rendre la profession plus attractive dans le secteur public. C'est en tous cas ce que demandaient jeudi des dizaines de kinés des hôpitaux strasbourgeois. 

Les kinés font cinq ans d'étude mais ne sont reconnus que comme Bac +3 par le ministère de la santé. Ils commencent leur carrière à environ 1500 euros net par mois. Cela poussent de plus en plus de jeunes kinés à aller voir dans le privé. Pour ceux qui restent dans le public, c'est de plus en plus difficile car les effectifs sont toujours plus maigres. 

A la rentrée, il y a aura une baisse de 30% du nombre de kinés à l'hôpital civil de Strasbourg. Ils ne seront plus que 20 pour environ 900 lits ce qui les contraint à prendre en charge environ 40 patients par jour. 

Les hôpitaux n'ont pas beaucoup de marge de manœuvre pour essayer de retenir les jeunes kinés. Les grilles salariales sont fixées par le ministère de la santé.