Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Le plus de l'info de France Bleu Belfort Montbéliard

Les maires du Nord Franche Comté rivalisent d'idées pour attirer des médecins

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Les maires du Nord Franche Comté n'ont pas attendu l'annonce du plan santé pour tenter de lutter contre la désertification médicale. Depuis plusieurs années ils multiplient les aides et les incitations en tout genre pour faire venir des médecins. Au risque parfois d'une surenchère.

Les maisons médicales se sont multipliées ces dernières années comme à Hérimoncourt
Les maisons médicales se sont multipliées ces dernières années comme à Hérimoncourt © Maxppp - .

Le plan santé dévoilé ce mardi prévoit, entre autres, pour lutter contre les déserts médicaux, de supprimer le fameux numérus clausus ou encore de déployer 400 médecins volontaires. Mais en attendant les effets de cette réforme, chacun, dans les territoires où le manque de médecins se fait sentir, a sa méthode pour attirer des médecins, notamment les mairies et les collectivités locales.

Les maires rivalisent d'idées et d'incitations 

Dans le Nord Franche Comté comme ailleurs, la recherche de médecins est devenue partie intégrante du mandat de maire. A Belfort, Damien Meslot a fait venir ces deux dernières années des ophtalmologistes grecs à la Jonxion et dernièrement un dermatologue en centre-ville. A Héricourt, le conseil municipal a signé l'année dernière une convention avec une étudiante en médecine. Une partie de ses études est payée par la mairie, en échange, elle s'engage à rester sur Héricourt pendant cinq ans. Une maison de santé pluriprofessionnelle a également vu le jour, son agrandissement a été financé en partie par la mairie. 

La maison médicale d'Héricourt compte trois médecins
La maison médicale d'Héricourt compte trois médecins © Radio France - Emilie Pou

La maison médicale: oui... mais pas n'importe comment

Pour Gilles Lazare, médecin au sein de la maison de santé et élu de la ville d'Héricourt, il faut multiplier les initiatives en tout genre et ne pas tout baser sur les aides financières: "Et surtout, prendre en compte que les médecins aujourd'hui ont des vies de famille, pour travailler en libéral ils apprécient de travailler dans ce genre de regroupement" mais selon lui "il faut surtout un vrai projet médical avant de construire une maison de santé, sinon elles ne se remplissent pas". 

Jusqu'où irons nous pour attirer des médecins?

Un avis partagé par la maire d'Hérimoncourt. Marie France Botarlini  a cherché pendant de longs mois des médecins pour sa commune et elle dénonce cette "course à l’échalote" entre élus.  "Chaque maire veut sa maison médicale, on dirait que c'est devenu un argument politique. Le problème c'est que les zones prioritaires considérées comme de vrais déserts médicaux peuvent proposer des incitations financières contre lesquelles on ne peut pas rivaliser. Cela pose aussi la question de savoir jusqu’où sommes nous prêts à aller pour avoir des médecins avec l'argent du contribuable qui plus est". 

Finalement, la maire d'Hérimoncourt a investi 10 000 euros et elle a fait appel à une association alsacienne pour salarier trois médecins à la retraite dans des locaux qu'elle a mis à disposition. Ils font chacun quelques heures par semaine. Elle attend surtout que les discussions avec l'agence régionale de santé reprennent pour faire de la télémédecine, c'est à dire des consultations par écrans interposés. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess