Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les maladies rares n'ont presque plus de secrets pour le CHU de Dijon

mercredi 6 septembre 2017 à 18:56 Par Anne Pinczon du Sel, France Bleu Bourgogne

Le CHU Dijon Bourgogne vient d'obtenir cinq labels " centres de référence maladies rares." Ces labels récompensent les équipes qui prennent en charge plus de 7000 patients chaque année à Dijon et vont permettre de faire avancer la recherche et d'améliorer la qualité de vie des patients.

Les professeurs Pierre Vabres, Philippe Bonniaud, Christel Thauvin, Bernard Bonnotte et Laurence Olivier Faivre qui dirigent les centres de référence au CHU
Les professeurs Pierre Vabres, Philippe Bonniaud, Christel Thauvin, Bernard Bonnotte et Laurence Olivier Faivre qui dirigent les centres de référence au CHU © Radio France - Anne Pinczon du Sel

Dijon, France

Le premier centre de référence maladies rares du CHU de Dijon a été labellisé il y a dix ans. Cette année, quatre autres centres ont reçu ce label du ministère de la santé pour récompenser l'investissement des équipes médicales qui prennent en charge près de 7000 patients chaque année à Dijon et pour permettre aux patients d'être mieux diagnostiqués et de mieux vivre avec la maladie.

A quoi servent les centres de référence ?

Les centres de référence, ce sont des équipes pluridisciplinaires qui prennent en charge le patient dans l'ensemble de sa vie quotidienne. Il y a bien sûr des médecins, des infirmières, mais aussi des assistantes sociales, des psychologues ou d'autres corps de métiers selon les besoins du centre. C'est un lieu où le patient est en contact avec des spécialistes qui connaissent parfaitement sa maladie et les problèmes qui en découlent. Il est pris en charge pour le diagnostic, le traitement, mais le centre peut aussi l'aider dans ses démarches administratives ou son orientation scolaire ou professionnelle.

Les centres de référence font également de la recherche, découvrent de nouvelles maladies ou mettent au point de nouveaux traitement. Ils ont aussi un rôle de formation auprès des étudiants en médecine, des médecins libéraux ou de tous ceux qui en auraient besoin.

Des financements et une meilleure visibilité

Ce label, ce n'est pas seulement une médaille pour le travail des médecins. Il permet de débloquer une enveloppe, entre 100 000 et 400 000 euros par centre, qui sera utilisée selon les besoins des malades et des médecins. Il permet aussi un maillage du territoire pour lutter contre l'errance diagnostique. Les patients atteints de maladies rares attendent parfois des années avant que leurs symptômes ne soient pris au sérieux ou qu'un nom soit mis sur leur maladie. Le fait d'avoir des centres de référence à proximité permet par exemple aux médecins généralistes de rediriger leurs patients quand ils sont face à une maladie qu'ils ne connaissent pas.