Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les manipulateurs en radiologie sont en grève ce mardi dans l'Yonne

-
Par , France Bleu Auxerre

100% de grévistes annoncés chez les cinquante manipulateurs en radiologie des hôpitaux d'Auxerre et de Sens. Ces agents, ni médecins, ni infirmiers, ne sont pas reconnus comme étant des soignants. Ils demandent une meilleure reconnaissance financière ainsi que pour la pénibilité de leur métier.

Illustration. Les manipulateurs en radiologie font trois années d'études, mais leurs salaires sont indexés sur un diplôme Bac+2
Illustration. Les manipulateurs en radiologie font trois années d'études, mais leurs salaires sont indexés sur un diplôme Bac+2 © Radio France - Géraldine Marcon

Reconnaître leur pénibilité, ce serait une première avancée estime Giuletta Boulard manipulatrice à Sens dans l'Yonne : "au quotidien notre travail peut être très lourd, entre la prise en charge des brancards, la prise en charge des patients hospitalisés invalides, à la fin de la journée, on est vraiment fatigués de tout ça."

"On nous voit comme des presse-boutons - Giuletta Boulard, manipulatrice en radiologie à l'hôpital de Sens

"C'est une _prise en charge à la fois physique et psychologique des patients"_, poursuit cette professionnelle qui vient de débuter sa carrière, "la plupart du temps, c'est pour des recherches poussées ou beaucoup de cancérologie. Il y a toujours de l'angoisse. On nous voit souvent comme des presse-bouton, mais on est principalement des soignants à la base."

Être reconnus comme des soignants

Et au titre de soignant, ces agents revendiquent l'accès à certaines primes explique Marie Michel, manipulatrice à Auxerre dans l'Yonne : "nous les manipulateurs radio ne sommes pas considérés comme soignants mais comme médicaux-techniques, donc nous n'avons pas accès par exemple à la prime Veil."

"Il y a souvent des collègues qui sont en burn out à cause du travail" - Giuletta Boulard, manipulatrice à l'hôpital de Sens dans l'Yonne

Ils revendiquent le droit à des primes

Cette prime de 90 euros bruts par mois existe depuis 1975. La prime Buzyn de 100 euros nets créée l'an dernier, ils ne la touche pas non plus. Elle est attribuée aux personnels des urgences, pourtant "on fait vraiment les urgences vitales", revendique Marie Michel, "par exemple, _les gros polytraumatisés, les gros accidentés_, les grandes urgences vitales, AVC, dissection aortique, tout cela arrive directement chez nous au scanner, avant même qu'ils passent par les urgences, les SMUR viennent directement au scanner."

"Il n'y a plus de brancardier dans le service, on est obligé de porter les patients" - Marie Michel, manipulatrice à l'hôpital d'Auxerre dans l'Yonne

Actuellement il y a une pénurie des manipulateurs en radiologie. Un métier qui nécessite trois années d'études, mais dont la grille de salaire est indexée sur un niveau Bac +2 , avec un salaire qui débute à 1.500 euros.

Malgré la grève, des manipulateurs radio sont réquisitionnés afin d'assurer une continuité des soins mais certains rendez-vous ont été reportés. Quant aux primes revendiquées par ces personnels, c'est aux directeurs des hôpitaux d'Auxerre et de Sens de décider s'ils l'attribuent ou pas.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu