Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé - Sciences

Territoire de Belfort : les masques de protection médicaux en rupture de stock

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

Depuis deux semaines, pharmaciens et fournisseurs de matériel médical constatent des difficultés à s'approvisionner en masques de protection médicaux. Ils ont été dévalisés.

Un médecin a dévalisé le stock de masques de protection de LCM Belfort Mulhouse qui vend du matériel médical
Un médecin a dévalisé le stock de masques de protection de LCM Belfort Mulhouse qui vend du matériel médical © Radio France - Mado Oblin

A Bavilliers, près de Belfort, le stock de masques de protection de Bernard Hannequin, le gérant d'LCM Belfort Mulhouse, une société de vente de matériel médical a été dévalisé par un médecin. Il soupçonne cette personne de vouloir envoyer ces masques en Asie. Il a également reçu un mail qui lui a mis la puce à l'oreille.

"C'est un établissement de santé du Territoire de Belfort, qui me demande l'état de mon stock de masque de protection car la Chine réquisitionne ce type de matériel, produit dans leur pays." Le pays fait face depuis janvier à une épidémie de coronavirus et par conséquent à une pénurie de matériel de protection médical. 

Peu de demande en France

Même chose pour Matthieu Zetter, le gérant de la pharmacie Lafayette à Belfort, il constate une forte demande ces derniers temps "on a vendu un gros stock qui était à priori destiné à l'export", explique-t-il. Il ne voit pas d'autres explications car l'intérêt des français pour ces masques est faible : "C'est un produit qu'on vend très rarement en officine, c'est beaucoup plus dans les mœurs de la culture asiatique de porter des masque de protection pour se prémunir des maladies".

Approvisionnement difficile

Les deux entreprises ont du mal à approvisionner. "On a recommandé des masques chez plusieurs fournisseurs, mais les délais sont long, pas avant fin mars", s'étonne Bernard Hannequin. 

Contacté par France Bleu, l'hôpital de Nord Franche Comté assure ne pas être touché par cette pénurie de masques de protection. L’établissement précise même que qu'en cas d'épidémie un stock supplémentaire est disponible au service des Urgences de l'hôpital.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu