Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Les médecins de Meurthe-et-Moselle préparent la vaccination contre le coronavirus

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Si les premières injections du vaccin contre le Covid-19 ne sont attendues que la semaine prochaine, les médecins comment à solliciter le consentement des résidents des Ehpad de Meurthe-et-Moselle.

Vaccination contre le Covid 19 en Italie
Vaccination contre le Covid 19 en Italie © Maxppp - Vincenzo Livieri / IPA

Il n’y a pas encore de vaccin contre le Covid-19 en Meurthe-et-Moselle mais la campagne de vaccination a quelque part déjà commencé. Les médecins traitants des résidents d’Ehpad commencent en ce moment à recueillir le consentement des résidents volontaires pour être vaccinés avec le vaccin conçu par Pfizer/BioNtech. Un travail de fourmi, obligatoire, pour pouvoir ensuite préparer les injections avec des doses de vaccins qui seront comptées.

Recueillir le consentement

Une préparation qui a débuté depuis plusieurs jours, explique Franck Bresler, président de l'ordre des médecins de Meurthe-et-Moselle

"Les médecins sont mobilisés dès à présent pour recueillir le consentement de leurs patients en Ehpad. Il peut être obtenu de manière orale, auprès du patient quand c'est possible, mais quand il n'est pas en état cognitif, il est sollicité auprès d'une personne de confiance. Quand il n'y a pas de personne de confiance, c'est la famille. Et s'il n'y en n'a pas non plus, on demande aux amis proches."

L'idée, c'est de cibler les besoins et de transmettre les informations à l'Agence régionale de santé et à la caisse primaire d'assurance maladie. Un repérage nécessaire car après sa décongélation, le vaccin n'est utilisable que pendant cinq jours. Mieux vaut être certain d'avoir des patients à vacciner.

Premières doses le 4 janvier ?

Pour Franck Bresler, ce recueil du consentement dès maintenant va permettre de gagner du temps quand le vaccin sera présent dans le département, théoriquement le 4 janvier selon lui

"On a des imprécisions sur les délais de livraison. Ca se fera petit à petit. Le consentement n'est pas recueilli chez tous les patients de l'Ehpad la même semaine. Il faut commencer dès maintenant pour que le jour où la vaccination sera prête, on puisse avoir ces chiffres."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess