Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

"Les moustiques, éclatez-vous, éclatez-les !", conseille un spécialiste des maladies infectieuses

-
Par , France Bleu

Dans une tribune publiée ce jeudi dans le journal Le Monde, Frédéric Simard, spécialiste des maladies infectieuses, nous incité à "écraser" les moustiques. Si certains insectes sont en voie d'extinction, les moustiques prolifèrent et sont porteurs de maladies.

Illustration moustique
Illustration moustique © Getty - Cory Voecks / EyeEm

L'été, ils sont nos meilleurs ennemis : les moustiques jouent souvent les trouble-fêtes lors des repas en terrasse, ou lors des nuits d'été. On a bien souvent envie de les voir disparaître. Eh bien, selon Frédéric Simard, spécialiste des maladies infectieuses, ne nous gênons pas ! Dans une tribune publiée ce jeudi dans Le Monde, il nous incite à ne pas avoir de scrupules : "Ne vous gâchez pas ce plaisir estival, éclatez-vous, éclatez-les".

"Vous accomplirez ainsi un geste pour la planète, pour votre confort, pour votre santé." - Frédéric Simard

Le spécialiste rappelle que de nombreux insectes sont en danger, notamment à cause des activités humaines : "plus de 40 % des espèces sont aujourd’hui directement menacées d’extinction à court terme". Mais il met aussi en avant une autre réalité : certains "ne se sont jamais aussi bien portés", comme les moustiques.

Des insectes vecteurs de maladies

Selon Frédéric Simard, de nombreux insectes profitent "de la déforestation, de l'évolution de nos pratiques agricoles et de la mondialisation des échanges" et deviennent des vecteurs de maladies comme le paludisme, la dengue ou le virus Zika. Il prend notamment en exemple le moustique-tigre qui a "envahi l'ensemble des continents à partir des années 1980".

Certaines espèces de moustiques se sont adaptées et "piquent essentiellement l'homme", et "la grande majorité sont aujourd’hui résistantes à la quasi-totalité des produits insecticides disponibles sur le marché".

Pour le chercheur, il est désormais nécessaire de les "maîtriser, proprement, spécifiquement et de manière durable". Pour ce faire, Frédéric Simard nous invite à limiter la prolifération des moustiques "dans son environnement immédiat par des actions simples : _gestion de l’eau et des déchets_, par exemple". Ne laissez pas d'eau stagnante dans vos pots de fleurs ou autres coupelles sur le rebord de la fenêtre.

On évite également l'utilisation d'insecticide chimique, pour privilégier "moustiquaires, vêtements amples, répulsifs".

"Armez sans scrupule votre bras et écrasez cet indélicat sans aucune arrière-pensée !"

3.500 espèces de moustiques sont référencées dans le monde, mais seules 200 piquent. 

Faut-il pour autant tuer tous les moustiques ? 

Sur ce sujet, les spécialistes sont divisés. Si certains seraient prêts à éradiquer le moustique, il a tout de même un (petit) rôle. Au sein de la chaîne alimentaire, les larves servent de nourriture aux poissons et aux batraciens. Ensuite à l'âge adulte, ils nourrissent des prédateurs. "Ils ont également un rôle de pollinisateurs", souligne Grégory L'Ambert, entomologiste médical de Entente Interdépartementale de Démoustication (EID) de Méditerranée.

Si le moustique est l'animal le plus dangereux pour l'Homme sur terre, "ce n'est pas le cas chez nous, ils ne déciment pas comme en Afrique subsaharienne". Concernant les espèces de moustiques "nuisants", présentes depuis très longtemps en France, celles-ci "arrivent en masse sur une période de temps très courte". Elles n'ont donc pas un rôle déterminant dans la chaîne alimentaire ni dans la pollinisation, poursuit Grégory L'Ambert. L'intérêt écologique est donc moindre.

Quant au fameux moustique-tigre, il n'a lui "aucun intérêt écologique" car il s'agit d'une "espèce invasive" qui a colonisé "cinq continents en 20 ans". 

"A aucun moment, notre rêve est de tuer tous les moustiques de la terre." - Grégory L'Ambert, entomologiste à l'EID Méditerranée

Grégory L'Ambert souligne notamment que sur le littoral méditerranéen, une cinquantaine d'espèces de moustiques sont présentes. Mais seules quatre sont nuisibles et cibles de campagnes de démoustication.