Santé – Sciences

Drôme : des collectifs de riverains testent la puissance des antennes relais et ondes électromagnétiques

Par Florence Gotschaux, France Bleu Drôme-Ardèche mercredi 30 novembre 2016 à 6:14

Séance de mesure du rayonnement électromagnétique à Aubenas
Séance de mesure du rayonnement électromagnétique à Aubenas © Radio France - Alain Gay

Les ondes électromagnétiques sont partout autour de nous aujourd'hui. Des collectifs de riverains d'antennes relais procèdent à des relevés dans les grandes villes pour faire prendre conscience des dangers.

Qui n'a pas pesté contre le manque de réseau ? Utilisé abondamment le wifi ? Adoré le dernier gadget connecté ? Aujourd'hui, les ondes électromagnétiques sont partout autour de nous. Les antennes relais sont de plus en plus puissantes: après la 2G et la 3G, elles offrent une couverture 4G, wifi, et bientôt 5G. Autant d'avancées technologiques qui nous confrontent, nous tous, aux rayonnements électromagnétiques.

C'est pour se rendre compte du niveau d'exposition auquel nous sommes exposés, que la Fédération des collectifs de riverains d'antennes relais en Drôme, Ardèche et Isère procède depuis le mois de septembre à des relevés dans toutes les villes de plus de 10.000 habitants de ces trois départements. Les résultats sont plutôt inquiétants.

Des mesures bien au-delà du principe de précaution

L'exposition des riverains à Bourg-lès-Valence est de 7,90 volts/mètre en moyenne, alors que le principe de précaution préconise un seuil maximal d'exposition de 0,60 volts/mètre. 5 volts/m à Aubenas ; 4,68 volts/m à Annonay ; 4,14 volts/m à Guilherand-Granges ; 2,28 volts/m à Romans ; 2 volts/m à Montélimar ou Pierrelatte.

Découvrez tous les résultats

Alain Gay, président de la fédération des collectifs de riverains d'antennes relais en Drôme, Ardèche et Isère - Radio France
Alain Gay, président de la fédération des collectifs de riverains d'antennes relais en Drôme, Ardèche et Isère © Radio France - Florence Gotschaux

Et ça ne devrait pas aller en s'arrangeant avec le développement du wifi ou le déploiement de la 5G. Les valeurs ne cessent d'augmenter depuis plusieurs années. La fédération ne réclame pas pour autant la fin des ondes (et donc d'internet sur smartphone ou de réseaux mobiles). Elle demande l'implantation de plus d'antennes, mais moins puissantes, et pas d'antennes à proximité des écoles car les rayonnements électromagnétiques sont néfastes (plus encore) pour la santé des enfants.

Réécouter Alain Gay, invité de France Bleu Drôme Ardèche ce mercredi matin

A force d'exposition aux ondes, de plus en plus de gens deviennent électro-hypersensibles, constatent les membres de la Fédération. Mais difficile de lutter. La Fédération des collectifs de riverains d'antennes relais envoie tout de même chacun de ses relevés aux conseillers départementaux et régionaux pour les alerter.

  - Aucun(e)
- © DR

  - Aucun(e)
- © DR

Partager sur :