Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les orthophonistes alsaciens, formés à Bac + 5, refusent d'être reconnus à Bac + 3

samedi 25 mars 2017 à 18:05 Par Charlotte Jousserand, France Bleu Alsace et France Bleu Elsass

Les orthophonistes alsaciens place Kléber à Strasbourg ce samedi pour dénoncer l'écart entre leur niveau de formation et celui auquel ils sont reconnus dans la fonction publique hospitalière.

A Strasbourg, 140 étudiants sont formés actuellement en orthophonie
A Strasbourg, 140 étudiants sont formés actuellement en orthophonie © Radio France - Charlotte Jousserand

Strasbourg, France

Allongés par terre, place Kléber à Strasbourg, ils sont une cinquantaine sous des draps blancs avec écrit sur des cartons, des épitaphes telles que "Ras le bol d'être méprisé, Ministère il faut te réveiller" ou encore "nous ne serons plus formés pour prendre en charge les bébés prématurés". Des slogans silencieux pour une mobilisation qui dure depuis quatre ans déjà.

Une "juste" reconnaissance de leur formation

Les orthophonistes et les étudiants en orthophonie alsaciens se mobilisent à nouveau ce samedi pour demander une juste reconnaissance de leur formation. Ils suivent cinq années d'étude et donc un master pour devenir orthophoniste mais après, s'ils travaillent à l'hôpital, ils sont considérés comme s'ils étaient bac + 2. Depuis quelques mois, le gouvernement veut relever ce niveau de reconnaissance mais pour le porter seulement à bac +3, ce qui est insupportable pour les orthophonistes. Valentine Borel, étudiante en quatrième année en orthophonie est très remontée : "c'est complètement injuste, on comprend pas pourquoi l'orthophonie est négligée par le gouvernement alors que c'est un besoin pour les patients. On ne comprend pas ce manque de respect pour toute une profession".

"Il est clair qu'il y a une volonté de niveler toutes les professions médicales vers le bas" Christine Arcay, Force ouvrière

Conséquence de cette reconnaissance à la baisse, très peu d'orthophonistes travaillent à l'hôpital. Car avec un niveau de reconnaissance à bac +2, cela correspond à un salaire équivalent au "smic avec 50 euros supplémentaires" selon Christine Arcay, de Force ouvrière. "C'est sûr qu'avec ce salaire vous n'allez pas travailler à l'hôpital, surtout après cinq ans d'étude".

Une nouvelle journée de mobilisation est prévue ce lundi 27 mars, jour d'examen du décret à Paris - Radio France
Une nouvelle journée de mobilisation est prévue ce lundi 27 mars, jour d'examen du décret à Paris © Radio France - Charlotte Jousserand

Des étudiants qui risquent d'être moins bien formés

En Alsace, il y a environ 400 orthophonistes dont une vingtaine travaillent dans le secteur hospitalier selon la Fédération des orthophonistes de France dans le Grand Est. Ce qui pose problème aussi aux étudiants en orthophonie. Ils doivent valider plus de 2.000 heures de stages dont une partie à l'hôpital pour apprendre certaines spécialités. Or, pour eux, c'est la galère comme pour Margaux Heller, étudiante en troisième année en orthophonie : "J'ai appelé cinq hôpitaux pour faire une demande de stage, ils m'ont tous répondu sans exception qu'ils n'avaient pas d'orthophonistes dans leur service, du coup là je cherche encore". Selon la jeune femme : "il y a forcément des heures de formations, des heures de stages qui vont sauter puisqu'on ne peut pas être tous formés aux pathologies qu'on nous demande de voir".

"On n'arrive plus à trouver des lieux de stages et donc à être formés" Margaux Heller, étudiante en orthophonie à Strasbourg

Les orthophonistes prennent en charge tout type de patient. Du nourrisson né prématuré pour des troubles de déglutition, à l'enfant, l'adulte pour de la rééducation après un cancer qui a touché la gorge par exemple et jusqu'à la personne âgée pour des troubles type Alzheimer.

Ce lundi, le gouvernement examine le décret pour estimer la reconnaissance des orthophonistes en milieu hospitalier à bac + 3, les syndicats ont appelé à la grève et à manifester à Paris pour protester contre ce décret.