Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les "oubliés" du Ségur de la santé débrayent à l'établissement Blanche de Fontarce

-
Par , France Bleu Berry

Une quarantaine d'agent de l'établissement Blanche de Fontarce à Châteauroux ont débrayé moins d'une heure ce mardi. Ils demandent à bénéficier des 183 euros nets d'augmentation mensuels du Ségur de la santé.

Une quarantaine d'agents de Blanche de Fontarce à Châteauroux ont débrayé ce mardi 27 avril pour obtenir la revalorisation du Ségur de la Santé
Une quarantaine d'agents de Blanche de Fontarce à Châteauroux ont débrayé ce mardi 27 avril pour obtenir la revalorisation du Ségur de la Santé © Radio France - Romain Berchet

Ils sont éducateurs, techniciens ou cuisiniers, une quarantaine d'agents de l'établissement Blanche de Fontarce à Châteauroux ont débrayé moins d'une heure ce mardi en début d'après-midi. Ils sont membres de la fonction publique hospitalière mais ne sont pas concernés par la revalorisation salariale issue du Ségur de la santé. Blanche de Fontarce est un regroupement de structures sociales et médico-sociales et elle n'est pas rattachée à un établissement de santé mais au département, ce qui explique cette situation. "Une forme d'injustice et d'inégalité", dénoncent les agents.

L'ensemble du personnel de Blanche de Fontarce, soit 250 personnes, ne sont pas éligibles à l'augmentation de 183 euros nets mensuels du Ségur de la santé. "Pourquoi le voisin d'à côté, qui fait le même métier, qui possède les mêmes conventions de travail touche cette revalorisation et pas moi ? Si on décide d'augmenter les salaires de toutes la fonction publique il faut le faire de A à Z", s'insurge Cédric, technicien sur le site. 

En première ligne aussi

Derrière les masques se cache une profonde colère des agents mobilisés. Ils s'estiment pénalisés par rapport aux soignants de l'hôpital. "Nous étions aussi en première ligne, souligne Hassan, nous aussi au début de la pandémie nous avions peur de le ramener à la maison". Cet éducateur au foyer de l'enfance explique que son engagement et celui de ses collèges "n'a jamais failli, nous étions à notre poste et c'est important de le préciser"

C'est aberrant, je ne comprends pas cette décision qui va engendrer uniquement des inégalités - Cécile Georges de la CFDT

Les éducateurs comme Élodie accompagnent des enfants de 4 à 18 ans, ils ont aussi le sentiment d'avoir doublement été impacté par l'épidémie de Covid-19. "Oui il y a la première ligne liée au virus mais nous aussi aussi en première ligne de leurs réactions, de leurs violences face à cette situation inédite. Par exemple lors du premier confinement nous avons géré l'absence des visites familiales et ça été très compliqué", souligne-t-elle. Au delà de l'aspect financier, pour les agents de Blanche de Fontarce, les 183 euros de plus sur le bulletin de salaire tous les mois ressembleraient davantage à une forme de reconnaissance du travail fourni depuis plus d'un an.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess