Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Un bracelet connecté contre les coups de chaleur testé par des ouvriers sur les chantiers à Nîmes

-
Par , France Bleu Gard Lozère

Le Gard est placé en vigilance jaune pour les fortes chaleurs. Des températures avec lesquelles il devient compliqué de travailler. Sur les chantiers nîmois, les professionnels du BTP n'ont pas le choix. Il faut s'adapter.

Si la plupart des ouvriers sont habitués à cette chaleur, les températures élevées rendent leur travail plus compliqué.
Si la plupart des ouvriers sont habitués à cette chaleur, les températures élevées rendent leur travail plus compliqué. © Radio France - Juliette Fumey

À 11h, il fait déjà 30 degrés à l'ombre des platanes du boulevard Talebot. Sur le chantier du tram, les ouvriers de travaux publics sont à l'œuvre depuis 7h, et finissent leur journée à 16h. "On n'aménage pas vraiment les horaires de travail parce que _le pic de chaleur est entre midi et 17h_. Mais en ville c'est compliqué, on ne peut pas commencer plus tôt à cause des riverains" explique Romain Roussel, chef de chantier.

Un bracelet connecté contre les coups de chaleur 

Sur ce même chantier, une innovation contre le chaud est à l'essai. La société Eurovia teste des bracelets connectés. Ils détectent quand la chaleur corporelle est trop élevée. Angelo est un des deux ouvriers du chantier à porter ce bracelet. Lorsqu'il détecte une chaleur corporelle supérieure à 38 degrés, il sonne. "On doit faire une pause de 8 à 12 minutes, et si ça ne va toujours pas mieux, on doit avertir le chef de chantier", raconte Angelo. Son bracelet à lui n'a jamais encore jamais sonné depuis un mois qu'il le porte. 

Si le bracelet détecte une température corporelle supérieur à 38 degrés, il sonne. Il faut alors prendre une pause entre 8 et 12 minutes.
Si le bracelet détecte une température corporelle supérieur à 38 degrés, il sonne. Il faut alors prendre une pause entre 8 et 12 minutes. © Radio France - Juliette Fumey

Mais tous les ouvriers ne sont pas autant équipés. Sur un autre chantier, de l'autre côté de la voie ferrée, Vincent aux manettes de sa mini-pelle souffre de ces températures élevées. "La seule chose qu'on a c'est l'entreprise qui nous donne de l'eau, mais ça reste le minimum on va dire, soupire Vincent. Les camions ne sont pas climatisés, les mini-pelles non plus. Là elle est ouverte donc ça va encore, sinon c'est le sauna. Qu'on soit habitué ou pas, il faut travailler."

En France, il n'existe pas de température maximale au delà de laquelle il est interdit de travailler. Mais l'employeur est tenu de tout mettre en œuvre pour assurer la sécurité de ses ouvriers, comme distribuer des bouteilles d'eau. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess