Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Une poignée de soignants sous la pluie pour réclamer une autre politique de santé à Laval

-
Par , France Bleu Mayenne

Les professionnels de la santé se sont donnés rendez-vous ce jeudi 21 janvier à l'initiatives des syndicats CGT et Sud. Une poignée s'est retrouvée sous les parapluies pour réclamer plus de moyens pour la santé et une prime Ségur pour tous.

Ils étaient une poignée devant le centre hospitalier de Laval pour manifester.
Ils étaient une poignée devant le centre hospitalier de Laval pour manifester. © Radio France - Marion Bargiacchi

C'est sous une pluie battante que la poignée de courageux s'est rassemblée ce jeudi 21 janvier : des personnels en majorité du médico-social, des infirmières, des sages-femmes. "Tous les oubliés du Ségur" explique Christelle, de Cossé-le-Vivien. Elles et ses collègues du privé n'ont pas pu toucher un centime du Ségur "et pourtant, nous aussi, nous avons pris notre part dans l'épidémie de coronavirus."

"On est dirigés par des Pieds nickelés"

Sous les bannières des syndicats CGT, et Sud Solidaire. Ils dénoncent, toujours, le manque de lits, de personnels, de matériels. Catherine, ancienne cadre de santé de l'hôpital de Laval, a vu son outil de travail se dégrader : "Le monde d'après il est presque pire que le monde d'avant, on continue à fermer des lits, on se rend compte que la politique de destruction du service public de la santé continue." Selon elle "le Ségur de la santé, c'est une vaste blague, on et dirigés par des incompétents, des pieds nickelés". 

Certains personnels sont exclus, et le point d'indice n'est pas augmenté, c'est absolument scandaleux. Et on voit la catastrophe de la campagne de vaccination. Rien ne va !

Dans les rangs c'est l'incompréhension, la colère. Certaines infirmières ou aide-soignantes, pourtant en première ligne lors de l'épidémie de coronavirus, notamment au printemps, n'ont pas eu droit à la prime du Ségur. Une injustice pour Linda Ségura-Mangé secrétaire départementale de la santé et du social CGT en Mayenne, "c'est même une forme de mépris. On a décidé de s'unir parce qu'on travaille tous pour l'humain."

C'est une forme de mépris envers tous ces soignants exclus de la prime du Ségur. 

Les "Oubliés du Ségur" se sont retrouvés devant l'hôpital de Laval.
Les "Oubliés du Ségur" se sont retrouvés devant l'hôpital de Laval. © Radio France - Marion Bargiacchi
Les quelques manifestants sous la pluie à Laval.
Les quelques manifestants sous la pluie à Laval. © Radio France - Marion Bargiacchi
Choix de la station

À venir dansDanssecondess