Santé – Sciences

Les pharmaciens pourront bientôt vacciner contre la grippe

Par Adèle Bossard, France Bleu Touraine lundi 7 novembre 2016 à 6:00

D'ici quelques mois, les pharmaciens pourront vacciner leurs clients contre la grippe.
D'ici quelques mois, les pharmaciens pourront vacciner leurs clients contre la grippe. © Maxppp - LEFEBVRE

Les pharmaciens pourront bientôt vacciner leurs clients contre la grippe. Un amendement a été voté en ce sens par l'Assemblée nationale. Aujourd'hui, la moitié des personnes qui devraient être vaccinées contre la grippe ne le sont pas.

Une piqûre contre la grippe réalisée directement dans l'officine en bas de chez soi : d'ici quelques mois, les pharmaciens pourront administrer eux-mêmes le vaccin contre la grippe. Un amendement a été voté à une grande majorité par l'Assemblée nationale fin octobre dans ce sens. Car aujourd'hui, une personne sur deux qui devrait être vaccinée contre la grippe ne l'est pas, que ce soit des personnes âgées ou qui ont déjà une maladie de longue durée.

Environ 1000 pharmaciens ont déjà commencé à être formés à la vaccination. Parmi eux, le Tourangeau Nicolas Hay, co-président du syndicat des pharmaciens d'Indre-et-Loire et pharmacien à Vernou-sur-Brenne. Pour lui, cela permettra de lutter contre la défiance envers les vaccins et d'augmenter le taux de vaccination contre la grippe.

Le pharmacien est l'un des professionnels de santé dans lequel on a le plus confiance. Donc si c'est le pharmacien qui propose, je pense que pour certaines personnes, ce sera un plus. Il ne s'agit pas de prendre le travail des médecins ou des infirmiers.

Les médecins émettent quelques réserves

Aujourd'hui, seuls les médecins et les infirmiers ont le droit de vacciner les patients. Ils continueront d'administrer la première vaccination : les pharmaciens ne pourront vacciner qu'une fois la première prescription réalisée par un médecin.

Le docteur tourangeau Raphaël Rogez est le président de l'Union régionale des médecins libéraux dans la région Centre. Pour lui, c'est une avancée dans l'offre de soins pour la région Centre, qui est la moins dense en médecins de France. Mais il veut être sûr que les pharmaciens vaccinent en toutes connaissance de causes.

Le problème, ce n'est pas la réalisation du geste technique mais l'indication thérapeutique, les contre-indications et l'utilité pour le patient. Et le pharmacien n'a pas toujours connaissance de tout ça. Il faut donc mettre en place un dossier médical partagé ou un carnet de vaccination électronique.
Le problème, c'est de savoir si le patient a déjà été vacciné ou non et s'il y a des contre-indications.

Les clients de pharmacies rencontrés dans une pharmacie tourangelle, eux, se disent déjà conquis de l'idée . Mais pour se faire vacciner dans une officine, il faut encore attendre un décret d'application, la loi pourrait être effective dans les prochains mois.