Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Glyphosate : Les "pisseurs" chambériens portent plainte contre X

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Les "pisseurs de glyphosate" savoyards passent à l'étape supérieure. Ce mercredi, 59 plaintes contre X ont été déposées au tribunal de Chambéry (Savoie). Pour 100% de ces Savoyards, les taux de glyphosate dans leurs urines sont largement au dessus de la moyenne.

59 "pisseurs de glyphosate" ont déposé une plainte en leur nom au Tribunal de Chambéry.
59 "pisseurs de glyphosate" ont déposé une plainte en leur nom au Tribunal de Chambéry. © Radio France - Bastien Thomas

Chambéry, France

"On en a marre des petits pas, faut qu'on y aille et on va faire le maximum", martèle Christophe, 55 ans, devant le tribunal de Chambéry (Savoie) ce mercredi 19 juin. Comme ses 58 autres camarades "pisseurs de glyphosate", il a déposé une plainte contre X "pour mise en danger d'autrui" à la suite de l'analyse de ses urines. Il espère que l'issue sera la même que les trois procès perdus par le géant de l'agrochimie Monsanto aux Etats-Unis.

Les taux de glyphosate mesurés chez les volontaires savoyards en début d'année sont, en moyenne, 12 fois supérieurs à la limite qui rend l'eau non potable (0.1 ng/mL). Tous les volontaires analysés en Savoie sont au dessus de ce seuil.

Les "pisseurs de glyphosate" se sont installés sur la place du Tribunal de Chambéry pour se faire entendre. Chacun était vêtu d'un t-shirt blanc avec le taux de glyphosate relevé dans son urine. - Radio France
Les "pisseurs de glyphosate" se sont installés sur la place du Tribunal de Chambéry pour se faire entendre. Chacun était vêtu d'un t-shirt blanc avec le taux de glyphosate relevé dans son urine. © Radio France - Bastien Thomas

Faire réagir les autorités publiques

"J'ai une pensée pour mon père qui était agriculteur et qui a utilisé des pesticides pendant 15 ans sans protection. Il est mort dans des souffrances atroces. Je suis ému de déposer cette plainte aujourd'hui, qui est d'ailleurs la première de ma vie, à 61 ans." - Jean-Marie

"Si j'ai déposé une plainte, c'est pour faire bouger nos responsables politiques qui n'ont pas pris la mesure de ce problème du glyphosate", explique Jean-Marie, 61 ans. Des représentants du peuple qui sont "complètement à la rue" selon Georges, 64 ans et militant anti-pesticides depuis 2003. "Il n'y a pas longtemps, le Sénat nous a déclaré que le glyphosate n'était pas dangereux d'après un groupe d'experts qu'ils avaient eux-mêmes mandatés", continue-t-il. Même si, il l'avoue, "cela n'aboutira pas, mais au moins, à force de parler de glyphosate, cela rentre petit à petit dans la tête des gens".

"A force de parler de glyphosate, cela rentre petit à petit dans la tête des gens", reconnaît Georges, "pisseur" 64 ans

Des plaintes déposées à la chaîne

Pour aider chaque personne dans le dépôt de plainte, un bureau provisoire tenu par des volontaires s'est installé sur la place du Tribunal. Les plaintes ont ensuite été reçues selon les noms de famille, classés par ordre alphabétique, des 59 personnes qui ont décidé de s'engager dans une procédure longue et coûteuse. Si certains n'ont pas pu le faire car ils avaient oublié leurs cartes d'identité, d'autres ne pouvaient pas pour des raisons financières. Réaliser les analyses d'urine a coûté 80 euros par personne et il faut rajouter 55 euros pour déposer la plainte.

Chaque "pisseur" a rempli un formaulaire de dépôt de plainte où il a inscrit le taux de glyphosate relevé dans son urine. - Radio France
Chaque "pisseur" a rempli un formaulaire de dépôt de plainte où il a inscrit le taux de glyphosate relevé dans son urine. © Radio France - Bastien Thomas

Une centaine de plaignants en Savoie, plus de 3.000 en France

Si 59 personnes ont déposé leur plainte ce mercredi à Chambéry, 40 autres ont prévu de le faire à Albertville (Savoie) dans les prochains jours. Au niveau national, cette opération lancée par les "pisseurs" ariégeois à réuni plus de 3.000 plaintes sur tout le territoire. L'objectif étant de dépasser le chiffre des 11.000 pour mettre la pression aux autorités publiques selon les "pisseurs de glyphosate" en Savoie.