Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les pompiers du Finistère incitent les citoyens à sauver des vies grâce à l'application "Staying alive"

-
Par , France Bleu Breizh Izel

Début octobre, les sapeurs-pompiers du Finistère ont mis en place "Staying alive". L'application, déjà développée dans une cinquantaine de départements, permet d'intervenir plus vite auprès des victimes d'arrêts cardiaques par le biais de citoyens présents à proximité.

Les utilisateurs, appelés les bons samaritains, inscrits sur l'application "Staying alive" sont alertés par une sonnerie lorsqu'ils sont proches d'une personne en arrêt cardiaque.
Les utilisateurs, appelés les bons samaritains, inscrits sur l'application "Staying alive" sont alertés par une sonnerie lorsqu'ils sont proches d'une personne en arrêt cardiaque. © Radio France - Adeline Divoux

Après une phase de test en 2016 chez les sapeurs-pompiers de Paris, l'application "Staying alive" est désormais déployée dans une cinquantaine de départements, dont le Finistère depuis le 1er octobre dernier. Le but de cette application : aider les pompiers à sauver des vies. Concrètement, les utilisateurs de "Staying alive", appelés les bons samaritains, ont la possibilité d'intervenir sur une crise cardiaque à proximité d'eux avant l'arrivée des secours

Lors d'une crise cardiaque à proximité, les bons samaritains sont prévenus par une sonnerie. Il faut impérativement activer les données mobiles et la localisation pour que l'application fonctionne.
Lors d'une crise cardiaque à proximité, les bons samaritains sont prévenus par une sonnerie. Il faut impérativement activer les données mobiles et la localisation pour que l'application fonctionne. © Radio France - Adeline Divoux

"L'intérêt c'est le gain de temps, ce sont les premières minutes qui comptent dans la prise en charge d'arrêts cardiaques", indique l’adjudant Jean-François Bloyet au Service départemental d'incendie et de secours (SDIS) du Finistère et en charge du projet dans le département. Lorsque les pompiers sont appelés pour une crise cardiaque, un opérateur envoie une ambulance et un véhicule pompier et, dans le même temps, un autre opérateur est chargé d'activer l'application pour chercher un bon samaritain s'il y en a un dans le rayon prédéfini, qui pourra, le cas échéant, se rendre sur place avant l'arrivée des pompiers.

Gain de temps important dans les zones rurales

Le gain de temps dépend de la localisation du bon samaritain. "Si on est dans une ville comme Quimper, on aura un gain de quelques minutes car on sait que l'ambulance va partir rapidement. En revanche, pour le secteur plus rural, le gain va être plus important si un bon samaritain se trouve sur place, puisqu'une ambulance peut mettre 10 ou 15 minutes, voire plus de temps encore à arriver sur place", affirme l'adjudant Jean-François Bloyet.

Pour faire partie des bons samaritains, les conditions sont simples : il faut s'inscrire gratuitement sur l'application, activer les données mobiles et la localisation GPS sur smartphone et être formé aux gestes de secours. Déjà 1.137 personnes se sont inscrites dans le département depuis son lancement.

Dans le Finistère, il y a entre 650 et 700 interventions des pompiers par an pour des arrêts cardiaques.  

Choix de la station

À venir dansDanssecondess