Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les préjugés sur le VIH ont la vie dure

jeudi 30 novembre 2017 à 10:20 Par Eric Bouvet, France Bleu Armorique

Comme tous les 1er décembre, c'est la journée mondiale de lutte contre le SIDA. Cette journée en France sera axée sur le dépistage, puisque 25.000 personnes ignoreraient être séropositives. 3.500 personnes sont porteuses du virus en Bretagne.

Traitements efficaces, tests rapides, mais toujours des préjugés
Traitements efficaces, tests rapides, mais toujours des préjugés © Maxppp - Thierry Suzan

Bretagne, France

3.500 personnes porteuses du virus en Bretagne

Mécaniquement, ce chiffre augmente légèrement chaque année, à cause de nouvelles contaminations et aussi, parce qu'il y a de moins en moins de personnes qui meurent en France. Le SIDA est devenu "une maladie chronique", selon le Docteur Cédric Arvieux, médecin au CHU de Rennes et coordinateur régional de la lutte contre le VIH.

Encore un travail d'information important à faire

Chaque année, près de 6.000 personnes découvrent qu'elles sont porteuses du VIH. Ce chiffre est stable, alors que les spécialistes de la prévention espéraient une baisse. 25.000 ignoreraient leur séropositivité et peuvent ainsi être à l'origine de nouvelles contaminations. Ces personnes ne peuvent surtout pas bénéficier des traitements efficaces.

Quand on est bien traité, on ne transmet plus le VIH

Depuis plusieurs années, c'est établi, "il n'y a plus de risque de transmission quand on est bien traité et qu'on est suivi régulièrement". Bien que les spécialistes travaillent sur des nouveautés, les traitements, efficaces, reposent toujours sur l'association de médicaments, les fameuses trithérapies. Mais aujourd'hui, les personnes séropositives ne doivent plus ingurgiter plusieurs médicaments, la plupart des traitements se résumant désormais à une seul comprimé.

Un auto-test qui donne la réponse en 1/4h

Si les traitements s'avèrent très efficaces, le dépistage innove également. Depuis leur commercialisation en septembre 2015, plus de 240.000 auto-tests ont été vendus en pharmacie. Ces tests permettent à une personne de savoir si elle est contaminée par le virus, la réponse est connue en un quart d'heure.

Toujours une représentation catastrophique du VIH

Même si "les jeunes ne se sont jamais autant protégés", le VIH fait toujours peur dans la population. Les mentalités "n'évoluent pas aussi rapidement qu'on le souhaiterait". Ainsi, 21 % des parents se sentiraient mal à l'aise si l'un des enseignants de leur enfant était porteur du virus du VIH, selon un sondage de l'institut CSA pour l'association Aides. 16 % des personnes qui ont un emploi seraient gênées de travailler avec un collègue séropositif, une proportion qui grimpe même jusqu'à 30 % chez les 18-24 ans.