Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Premières vaccinations dans les Ehpad du Nord Franche-Comté à partir du 11 janvier

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard, France Bleu Besançon

Le calendrier de vaccination dans les Ehpad du Nord Franche-Comté se dessine. Les premières doses du vaccin Pfizer/BioNTech devraient arriver à l'Hôpital Nord-Franche le 4 janvier pour un déploiement de la vaccination à partir du 11 janvier. Mais il faudra au préalable recueillir les consentements.

Premières vaccinations en Suisse
Premières vaccinations en Suisse © Maxppp - URS Flueeler

On n'en sait un peu plus sur la stratégie vaccinale dans les Ehpad du Nord Franche-Comté. Les premières doses devraient arriver à l'Hôpital Nord France-Comté dans la semaine du 4 janvier 2021 pour un démarrage de la vaccination peut-être à partir du 11 janvier. 1200 résidents sont concernés dans les établissements du Territoire de Belfort.  Mais avant cela, il va falloir préparer cette opération.

Car lorsque les doses arriveront dans le Nord Franche-Comté, il faudra respecter un calendrier serré. Le vaccin Pfizer/BioNTech est transporté à - 80°. Une fois décongelé, il doit être administré dans les cinq jours.  

"On s'est entendu entre acteurs de santé pour ne pas perdre de doses", explique Lucile Grillon, la directrice du pôle personnes âgées à la fondation "Arc en Ciel" dans le Territoire de Belfort. D'où ce démarrage théorique de la vaccination dans le Nord Franche-Comté autour du 11 janvier. "Mais il faudra au préalable recueillir le consentement des personnes âgées ou de leurs familles. La logistique finale va dépendre de notre capacité à avancer sur ces phases précédentes."   

Ce consentement sera sollicité au regard des données scientifiques divulgués par le laboratoire Pfizer. Bénéfices, risques, interactions médicamenteuses, surveillances en fonction de certaines pathologies.  Ces données ne sont pas encore arrivées. Mais c'est imminent.  

Il faut également préparer la deuxième injection qui doit être administrée 21 jours après la première. Là encore contrainte de calendrier.  "C'est très précis. On n'a pas une fenêtre très importante pour cette deuxième dose. Il faut penser l'organisation de cette deuxième dose,; car si on la rate, il faut recommencer à zéro". C'est seulement à ce moment-là que les personnes vaccinées sont censées être couvertes contre les formes graves du Covid.

L'objectif est de vacciner le maximum de personnes âgées dans les établissements, en ne perdant aucune dose. Mais lorsqu'il y aura une couverture vaccinale suffisante, "on ne lèvera pas pour autant les mesures de prévention, car le vaccin n'empêche pas d'être contaminé, ni contaminant, mais il diminue les formes graves" ajoute Lucile Grillon. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess