Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les Provençaux inquiets pour l'hôpital public

-
Par , France Bleu Provence

89% des Provençaux estiment que l'hôpital public est en danger. "La situation les préoccupe d’autant plus qu’il s’agit pour eux de l’un des principaux leviers de l’égalité des chances", relève un sondage commandé par la Fédération hospitalière.

A l'hôpital de la Timone à Marseille en mars 2019
A l'hôpital de la Timone à Marseille en mars 2019 © Maxppp - VALLAURI Nicolas

PACA, France

La Fédération hospitalière française a commandé un sondage auprès de l'institut IPSOS sur le ressenti des usagers de l'hôpital public. Une étude pensée comme une contribution pour le grand débat national. Il en ressort dans notre région que la très grande majorité des sondés constatent que l’hôpital public s’est dégradé depuis ces 10 dernières années. Comment résoudre le problème ?  La réponse des Provençaux interrogés est très simple : ils sont 97% à demander une hausse des moyens financiers des hôpitaux, notamment pour augmenter les effectifs.   

Ce qui ressort aussi de ce sondage c'est que les Provençaux en ont marre des délais pour avoir un rendez-vous, deux mois pour un ophtalmologiste, un mois pour un cardiologue ou un ORL.  

Ils trouvent aussi que les cabinets des spécialistes sont trop loin de chez eux. Enfin, ils comprennent mal le fonctionnement de l'hôpital public et son financement : où vont les côtisations, quels sont leurs droits ? De quoi alimenter les incompréhensions, plus de la moitiés des sondés pensent contribuer au système de santé davantage qu'ils n'en bénéficient.