Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les régions Provence-Alpes-Côte-d'Azur et Corse en pénurie de sang

-
Par , France Bleu Azur

Il y a pénurie de sang dans la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur. L'EFS, l'Établissement français du sang, pousse alors un cri d'alarme, encore !

La communication reste un outil important pour l'EFS
La communication reste un outil important pour l'EFS © Radio France - Laurent Vareille

Nice, France

Ce n'est malheureusement pas nouveau, l'EFS, l'Établissement français du sang, pousse un cri d'alarme. En cette veille d'été il y a de nouveau pénurie de poches de sang, pour tous les groupes et rhésus. "Nous avons quotidiennement besoin en PACA et en Corse de mille poches de sang alors que nous n'en récoltons que 800, explique Marie Méziane, l'une des responsable locale de l'EFS. Les 200 qui manquent ce sont les autres régions qui nous les donne. Elles en ont moins besoin que nous et cela nous aide énormément". Les appels aux dons se multiplient et les donneurs répondent toutefois bien aux sollicitations mais cela ne suffit pas. 

"Pour une opération un peu compliqué, il faut parfois 30 poches de sang ! Vous imaginez alors à la rapidité à laquelle les stocks partent." L'EFS a dans le département deux centres permanents, à Nice et Cannes. Mais de l'aveu même des responsables, les plages horaires ne sont pas assez larges et surtout aux heures de bureau. Il y a également des collectes itinérantes qui fonctionnent bien, mais là aussi, elles sont souvent à des heures peu pratiques pour les actifs. L'EFS tente d'y remédier mais c'est compliqué. 

Reste alors les journées spéciales, les appels aux dons, la médiatisation. "Ce sont des outils, des vecteurs incontournables pour trouver de nouveaux donneurs, renchérit Marie Meziane. Nous les multiplions mais il y a vraiment aujourd'hui urgence."