Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les tests salivaires dans les écoles du Poitou, ce n'est pas pour tout de suite

-
Par , France Bleu Poitou

24h après l'annonce du ministre de l'Education nationale, rectorat, syndicats et parents d'élèves sont toujours en attente d'informations sur le déploiement de ces tests censés arrivés dès cette semaine dans l'académie de Poitiers.

Un test salivaire dans une école des Ardennes lors d'un dépistage de masse.
Un test salivaire dans une école des Ardennes lors d'un dépistage de masse. © Maxppp - Agence

Ce lundi en fin de matinée, le rectorat de l'académie de Poitiers "n'avait reçu aucune information du ministère". Le déploiement annoncé de tests salivaires dans les écoles de la zone A, ce ne sera pas pour ce début de semaine. "Entre l'annonce et la mise en musique, il peut se passer beaucoup de temps... Les instances n'ont même pas été informées. Cela devrait arriver la semaine prochaine, nous avons un comité hygiène et sécurité à l'échelle de la Nouvelle-Aquitaine" lâche une source syndicale.

A terme, de toute façon, ne prévoyez pas qu'il y aura des tests dans chaque école. Un autre représentant syndical avance le chiffre de 4.000 tests au mieux par semaine pour l'ancienne région Poitou-Charentes. Pour un bassin de 300.000 élèves et 30.000 enseignants. Des classes seront ciblées.

Pas besoin de la présence d'un personnel de santé

Le test ne sera pas obligatoire. Les parents devront fournir un consentement écrit. L'objectif sera de repérer des cas asymptomatiques pour observer le niveau de circulation du virus. L'avantage étant que ce type de recueillement ne nécessite pas de personnel de santé, à la différence du test nasopharyngé (toutefois plus fiable).

Le prélèvement devra "être réalisé trente minutes après la dernière prise de boisson, d’aliment, de cigarette (ou d’e-cigarette), d’un brossage des dents ou d’un rinçage bucco-dentaire" indique le ministère sur Internet. Il devrait se faire sous la houlette d'un enseignant référant. Son résultat est connu sous 24h, comme pour les tests PCR.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess