Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Les Thermes de Saujon fermés provisoirement suite au décès d'une patiente atteinte de légionellose

-
Par , France Bleu La Rochelle, France Bleu

L'agence régionale de santé (ARS) a demandé la fermeture provisoire des Thermes de Saujon (Charente-Maritime) suite au décès il y a quinze jours d'une patiente atteinte de légionellose. Une enquête est en cours.

Les Thermes de Saujon ferment une quinzaine de jours par précaution après le décès d'une curiste
Les Thermes de Saujon ferment une quinzaine de jours par précaution après le décès d'une curiste © Radio France - Lise Verbeke

Les Thermes de Saujon (Charente-Maritime) sont fermés depuis ce samedi et pour au moins quinze jours. Une information révélée par nos confrères de France 3. Il s'agit d'une décision de l'agence régionale de santé (ARS) suite au décès d'une curiste âgée de 46 ans, il y a quinze jours. "Cette patiente a présenté une _maladie à la légionelle de manière assez brutale et inattendue_. Elle est arrivée dans l'établissement le lundi et elle est décédée le samedi, après 24 heures d'hospitalisation, ce qui est inhabituel dans ce type de maladie", explique le docteur Olivier Dubois, directeur des Thermes de Saujon. 

On ne peut pas laisser courir le moindre risque à une personne qui séjournerait dans l’établissement de subir une infection à cette bactérie extrêmement dangereuse et nocive - Le docteur Olivier Dubois 

Une enquête est en cours pour déterminer les cause du décès de cette patiente originaire de la région parisienne. "L'agence régionale de santé a souhaité appliquer le principe de précaution, pour éviter tout risque que pourrait entraîner une éventuelle infection de légionelle", précise le docteur Dubois.  Une décision qu'il comprend : "on ne peut pas laisser courir le moindre risque à une personne qui séjournerait dans l’établissement de subir une infection à cette bactérie extrêmement dangereuse et nocive".

Les résultats d'analyses dévoilés dans une dizaine de jours 

Des analyses ont été faites dans l'établissement. Les résultats devraient être dévoilés dans une dizaine de jours. "C'est le temps nécessaire pour que la culture de germes prolifère suffisamment et pour en faire ainsi une analyse formelle. Et en fonction de ces résultats nous déciderons de prolonger ou non la fermeture de l'établissement", explique le directeur des Thermes de Saujon. 

Et il souligne que les contrôles bactériologiques réalisés tous les mois, depuis plusieurs années, sont totalement négatifs. "Je tiens à aussi à préciser que les prélèvements réalisés dans les 24 heures qui ont suivi l’annonce du drame ont tous été négatifs pour la recherche de légionelle", ajoute le docteur Olivier Dubois. "Nous sommes dans une situation où il n’y a aucune anomalie visible, repérée". 

Mais le directeur des Thermes de Saujon n'exclut pas que cette curiste puisse avoir contracté la légionellose au sein de l'établissement. "Il faut trouver où se situe cette bactérie, au sein de nos Thermes ou ailleurs. Mais on ne peut pas affirmer non plus que cela se passe au sein de l'établissement". 

Vous savez, le fondement de la médecine c’est « primum non nocere », ce qui veut dire "en premier ne pas nuire". Donc si par malheur notre établissement a été nuisible, c’est effectivement quelque chose d’extrêmement douloureux - Le docteur Olivier Dubois  

"C'est une situation extrêmement traumatisante", confie le docteur Olivier Dubois. "C’est la première fois que cela nous arrive. Nous pensons beaucoup à l’entourage de la patiente. C’est un drame humain ! Vous savez, le fondement de la médecin c’est « primum non nocere », ce qui veut dire "en premier ne pas nuire". Donc si par malheur notre établissement a été nuisible, c’est effectivement quelque chose d’extrêmement douloureux en premier pour les familles et en second pour chacun d’entre nous, qui avons pour seule mission d’améliorer la santé des gens. C’est la raison pour laquelle nous comprenons parfaitement la nécessité aujourd’hui de prendre toutes les précautions pour que ce type de situation ne se reproduise pas sur notre établissement"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu