Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Les traces de Covid-19 augmentent dans les eaux usées de Dieppe et Rouen

C'est l'un des outils de mesure du niveau de circulation de l' épidémie de coronavirus : nos eaux usées. Le réseau Obépine (qui dépend notamment du CNRS) a testé les stations de 7 villes de Seine-Maritime. Toutes montrent des traces de Covid-19. Une tendance en augmentation à Dieppe et Rouen.

Le réseau Obépine traque le virus dans nos eaux usées
Le réseau Obépine traque le virus dans nos eaux usées © Maxppp - Valérie Vriel

Ils plongent leurs outils de mesure dans les stations d'eaux usées afin de pister les traces du Covid-19. Les analystes du réseau Obépine, un organisme scientifique qui dépend notamment du CNRS et de l'université de la Sorbonne, scrutent les traces du virus afin de mesurer le niveau de circulation de l'épidémie dans des zones géographiques précises.  7 villes de Seine-Maritime sont ainsi passées au peigne fin : Le Havre, Rouen, Dieppe, Fécamp, Le Tréport, Forges les Eaux et Etretat.

Pourquoi analyser les eaux usées ?

Les chercheurs ont mis au jour la présence de génôme du coronavirus dans nos eaux usées car le covid touche aussi nos intestins.

Le chercheur Yvon Maday explique pourquoi des traces de Covid se retrouvent dans nos eaux usées

Augmentation à Dieppe et Rouen

Le réseau Obépine vient de publier les résultats de ses dernières analyses. Pour la Seine-Maritime, ils indiquent globalement une phase stable mais une augmentation à Rouen et Dieppe.

Yvon Maday du réseau Obépine détaille la tendance sanitaire en Seine-Maritime

Voici les résultats par ville:

  • Dieppe : Le niveau de circulation du virus est assez bas. La tendance était à la baisse sur les deux derniers mois, mais la dernière mesure effectuée en Janvier semble indiquer une reprise.
  • Rouen : Le niveau de circulation du virus est moyen. La tendance est assez stable sur un plateau depuis Septembre. Les dernières mesures semblent indiquer une remontée dont l’intensité est similaire à celle constatée au début du mois de Décembre.
  • Le Havre : Le niveau de circulation du virus est assez bas. La tendance était à la baisse sur les deux derniers mois en partant d’un niveau moyen en Novembre. Les dernières mesures indiquent un plateau bas.
  • Forges les Eaux : Le niveau de circulation du virus est bas. Après avoir plafonné à un niveau moyen sur le mois de Novembre, la tendance globale est à la baisse. On note néanmoins depuis la fin Décembre une reprise à la hausse sur deux des trois derniers points de mesure.
  • Fécamp :Le niveau de circulation du virus est assez bas et la tendance est assez stable sur les deux derniers mois, en dépit d’une remontée assez importante mi-Décembre.
  • Le Tréport : Le niveau de circulation du virus est bas. La tendance globale depuis deux mois est à la baisse, malgré une remontée fin Décembre.
  • Etretat stable, au même niveau qu'en novembre
Choix de la station

À venir dansDanssecondess