Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

LE + INFO - Trois idées reçues sur les hôpitaux de proximité en Côte-d'Or

jeudi 26 octobre 2017 à 10:33 Par Christophe Tourné, France Bleu Bourgogne

Deux cents personnes ont manifesté ce mercredi soir devant l'hôpital d'Alise-Sainte-Reine près de Montbard pour dénoncer la fermeture de lits. Les hôpitaux de proximité sont ils condamnés ? Voici trois idées reçues soumises à Christine Pelletier de la CFDT Santé Sociaux de Côte-d'Or.

le financement de l'hôpital (illustration)
le financement de l'hôpital (illustration) © Maxppp - Philippe Turpin

Dijon, France

Les habitants d'Alise-Sainte-Reine sont mieux traités à Dijon ?

"Oui pour les soins très techniques et spécifiques, comme la chirurgie lourde, les greffes cardiaques ou les dialyses, mais non d'un autre côté, pour les soins adaptés à la population âgée et tout ce qui relève de l'activité médico-sociale. Donc il est absolument indispensable de maintenir un accueil et des soins pour ce type de population comme il existe actuellement."

Les petits hôpitaux ne peuvent pas être rentables ?

"Les petits hôpitaux sont rentables s'ils sont bien gérés, tout comme les grands hôpitaux et les centres hospitaliers. Il y a des avantages et des inconvénients dans les deux cas. Une bonne gestion de toute façon assure l'équilibre financier. Il n'y a pas de raison qu'un petit hôpital soit moins rentable qu'un gros. Au contraire, il y a moins de frais généraux. Par contre, pour ce qui est des établissements hospitaliers des personnes âgées dépendantes, les Ephad, les marges de manœuvre sont beaucoup plus difficiles du fait du financement tripartite, c'est à dire le conseil départemental, l'agence régionale de santé et l'hébergement par les familles."

Trop de soins inutiles sont dispensés aux patients, il est donc normal de faire des économies ?

"Quand on traite de l'argent public, c'est normal de regarder d'un côté les dépenses. L'argent de l'assurance maladie est un bien commun à toute la population. Seulement ces dernières années, les pouvoirs publics ont demandé des efforts considérables aux établissements de soins. les principales pistes d'économies ont été réalisées sur la plus grosse dépense qu'est la masse salariale, c'est à dire sur le personnel soignant, mais aussi technique et administratif. Et les soignants n'ont plus le temps actuellement de s'occuper correctement des patients. Alors comment peut on dire qu'on dispense des soins inutiles ?"